Il lui promet le mariage pour l’arnaquer puis rejoint son ex- épouse. - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 25 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
25
2018

Il lui promet

Il lui promet le mariage pour l’arnaquer puis rejoint son ex- épouse.

Dimanche 15 Juin 2014
نسخة للطباعة
Il lui promet le mariage pour l’arnaquer puis rejoint son ex- épouse.

 La jeune fille frôlait la dépression. Les jours se suivaient et personne ne s’est présenté pour demander sa main. L’angoisse de devenir vieille fille l’avait envahie d’où perte du sommeil et un tas de problèmes relatifs à sa position par rapport aux membres de sa famille qui commençaient à ne plus pouvoir la subir.

 Un jour et à la suite d’une discussion avec une de ses amies, cette dernière lui a donné l’adresse d’une dame qui faisait de son domicile une agence matrimoniale. Elle essayait de rapprocher les demandeurs de mariage et leur arrangeait des rencontres pour faciliter leur éventuelle vie commune. C’est ainsi que la fille s’est présentée à la dame et lui fit part de ses préoccupations. Elle l’a tranquillisée et lui a promis de lui trouver le mari idéal. Bien entendu la dame se faisait monnayer mais cela n’a posé aucun problème à la fille même si elle savait d’avance que le résultat pourrait ne pas répondre à ses aspirations. Mais elle a décidé de payer et courir le risque.

  Quelques jours plus tard, la dame lui a présenté un jeune homme qui venait de divorcer d’une épouse d’origine Tunisienne mais qui a obtenu la nationalité française. Les rencontres se sont multipliées et le jeune homme a longuement expliqué à sa nouvelle élue les difficultés qu’il a eues dans son couple et qu’il a été obligé de fuir la France et revenir vivre chez lui. La fille était éblouie par sa franchise et sa sincérité. Il ne lui a rien caché sauf qu’il était redevable à son ex épouse de plusieurs sommes d’argent et que faute de non règlement il risquait la prison. C’est pour cette raison qu’il a fui la France pour jouir de l’impunité.

 Un mois plus tard, il s’est présenté au domicile de la jeune fille et a demandé officiellement sa main. Depuis c’est devenu presque la vie commune. Ils ont entamé les préparatifs du mariage. Ils ont fixé la date de mariage pour le printemps de l’année en cours. La jeune fille a avancé des arrhes pour la réservation de la salle des fêtes pour la célébration de la cérémonie. Elle a également commandé la robe de mariage.

  Un jour alors qu’elle était au travail, son élu est venu l’informer qu’il avait perdu son boulot. Il avait l’air attristé et trouvait des difficultés à lui annoncer la nouvelle. La jeune fille l’a tranquillisé. Elle lui a demandé de cacher cette nouvelle à ses parents et qu’elle ferait en sorte de se débrouiller de l’argent afin qu’il puisse faire face aux achats des meubles et de tout ce qui est à sa charge. Elle s’est rendue à sa banque et avait obtenu un crédit de six mille  dinars qu’elle lui avait remis.

  Depuis, le bonhomme s’est éclipsé. Il n’a plus donné signe de vie. Elle l’a cherché partout même dans les endroits où il avait l’habitude de s’y rendre. Rien. Elle s’est rendue auprès de la dame qui a fait l’intermédiaire. Cette dernière a entamé des investigations et a pu savoir que le jeune homme s’est rendu en France à la hâte. En sachant qu’il allait se marier son ex-épouse lui a proposé de revenir auprès d’elle et elle a promis de se désister de toutes les plaintes qu’elle avait déposé contre lui comme à titre d’exemple le non règlement de la pension mensuelle qu’il lui devait. Il a donc tout laissé tomber et a dépensé la somme de cinq mille  dinars pour l’achat du billet d’avion et quelques cadeaux .

  La jeune fille désappointée, a eu une crise de folie. Elle a tenté de se suicider mais elle a été très aidée par les siens. Elle a déposé plainte et a demandé à poursuivre son sois disant fiancé pénalement pour le préjudice moral et financier.

 La dame intermédiaire a demandé des comptes au jeune homme, ce dernier a répondu qu’il regrette amèrement ce qu’il avait fait et qu’il allait s’atteler à ramasser la somme et rembourser la plaignante dans les plus brefs délais.

  L’affaire a été traitée par la chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Tunis. L’inculpé en fuite a été condamné à deux ans de prison par contumace.

AA