La «Flamme éternelle» de Thomas Hirschhorn - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 18 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
19
2018

Au Palais de Tokyo à Paris

La «Flamme éternelle» de Thomas Hirschhorn

Mercredi 11 Juin 2014
نسخة للطباعة

L'artiste contemporain suisse Thomas Hirschhorn s'est installé jusqu’au 23 juin au Palais de Tokyo le temps d'une exposition. En réalité c'est plus qu'une exposition. Sous le titre Flamme éternelle, l'artiste ouvre un espace de dialogue, une agora contemporaine, au sein du musée où sont conviés visiteurs et intellectuels.
Un foyer brûle au centre d'un espace de 3000 mètres carrés. Autour du brasero, le lieu est découpé par des pneus d'automobile. Des tables et chaises sont disséminées pour accueillir les intervenants. Les murs sont couverts d'inscriptions sur la démocratie, la politique, la pensée. Autant de réflexions à mener et à faire évoluer tout le long de l'installation intitulée Flamme Eternelle par l'artiste.
« La Flamme éternelle, c’est une image, proclame Thomas Hirschhorn. Ce sont toutes les flammes qui brûlent dans le monde pour qu’on n’oublie pas : une personne, une action, une idée, une date… » Afin de raviver la flamme de la mémoire, des poètes et philosophes viennent tous les jours dans cet espace pour discuter avec les visiteurs.
« La seule question est, comment on fait pour animer cette flamme ? déclare Jean de Loizy, le directeur du musée. C’est un espace immense, 3 000 mètres carrés, 17 000 pneus entassés, jusqu’à 8 mètres de hauteur, qui font des chambres. Il y a des flammes, des braseros, et on attend là des milliers de personnes qui vont venir débattre au milieu de ces grandes bannières que Thomas Hirschhorn a disposées partout dans l’espace et qui ne sont jamais terminées. Par exemple, je vois ici : 'Partageons les richesses…', à vous de terminer, 'Pas de démocratie sans…', à vous de terminer. Emparons-nous de tous les sujets, protégeons-nous ceux qui écrivent et qui réfléchissent. Réfléchissons avec eux. Participons à animer et à raviver la flamme. »
« Ce que j’ai essayé de faire poursuit Thomas Hirschhorn, c’est de créer une situation pour que les rencontres se fassent. Les rencontres entre artistes et écrivains, philosophes et poètes. Je voulais créer une situation où le philosophe, le poète, l’écrivain, puissent prendre la parole où ils veulent, pour entretenir la flamme de la passion, de la concentration, du travail, de ses idées, sa théorie, son concept. »
Ainsi, jusqu'au 23 juin, près de 200 intellectuels qui font en quelque sorte partie de la famille spirituelle de Thomas Hirschhorn sont conviés à débattre dans cette agora contemporaine. Une installation et un événement gratuit au sein du Palais de Tokyo. Une façon pour l'artiste de créer un espace public au sein d'une institution. (Agences)