Trois ans après le crime, un entretien téléphonique… - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 27 Mai 2018

Suivez-nous

May.
28
2018

Trois ans

Trois ans après le crime, un entretien téléphonique…

Dimanche 8 Juin 2014
نسخة للطباعة
Trois ans après le crime, un entretien téléphonique…

Le crime était presque parfait. Le criminel avait réussi à induire les enquêteurs en erreur grâce à un faux témoignage d’un de ses amis. Après avoir été incarcéré pour les motifs de l’enquête, il a été relâché pour absence de preuves mais la volonté divine a fait que le criminel soit découvert.

Revenons à trois ans en arrière. Un citoyen traversait une petite forêt. Il passait devant un puits assez ancien déserté depuis longue date et avait senti une odeur nauséabonde, affreuse qui se dégageait du fond. Il pensait à un animal errant, mais en regardant de près il a vu de ses propres yeux le cadavre d’une jeune fille. Très vite il a informé les autorités.

Une équipe judiciaire s’est déplacée sur les lieux. Le juge d’instruction a ordonné, après le constat, l’acheminement du cadavre à la morgue pour autopsie. Il fallait déterminer les causes réelles du décès. Puis il a confié l’affaire aux inspecteurs de la Brigade criminelle.

Les premières investigations ont permis de savoir que la jeune fille a eu le jour des faits une altercation avec un ami. Ce dernier lui avait promis le mariage et depuis cette promesse ils se rencontraient tout le temps. Un voisin de la victime l’a vue se quereller avec son ami et depuis la jeune fille a été portée disparue. Une semaine plus tard son cadavre a été découvert au fond du puits.

Le jeune homme a été arrêté pour les besoins de l’enquête. Il faisait preuve de sang froid. Il a reconnu s’être querellé avec la fille. En effet elle le blâmait pour n’avoir pas officialisé sa liaison avec elle. Il lui a promis de demander sa main et il retardait à chaque fois l’échéance. Il a expliqué aux enquêteurs qu’il n’avait pas les moyens à l’époque de se fiancer et qu’il lui avait demandé de patienter le temps qu’il trouve du travail. Après cette mise au point il est parti près d’un de ses amis où il a passé la nuit.

Cet ami a été convoqué. Il a confirmé les déclarations de son ami. Il a précisé qu’il s’est présenté chez lui vers le coup de 18H et a passé la nuit chez lui.

N’ayant pu récolter des preuves impliquant le jeune homme, ils l’ont relâché. L’affaire a été classée provisoirement pour n’avoir pas réussi à mettre la main sur le meurtrier bien que le rapport d'autopsie stipulait que la défunte a été étranglée.

Trois ans plus tard, une jeune fille s’est présentée au commissariat de police à partir duquel l’enquête concernant le meurtre a été lancée, et a demandé à voir le commissaire.

Elle a déclaré qu’au cours de la veille elle avait accueilli chez elle une de ses amies pour passer la nuit près d’elle. Au cours de la soirée elle l’a entendue communiquer au téléphone avec quelqu’un. Elle lui disait qu’elle attendait de lui qu’il se lie officiellement avec elle surtout qu’elle l’avait aidée à se débarrasser de son ancienne amie. Elle a cité le nom de la jeune fille trouvée au fond du puits et elle lui a rappelé qu’elle l’avait aidé à transporter son cadavre et le jeter au fond du puits.

Ce récit est venu comme un soulagement au commissaire qui avait fourni de gros efforts pour arrêter le meurtrier mais n’a pu réussir. Le crime était presque parfait.

Sans plus attendre le dossier d’enquête a été rouvert et cette jeune fille dénoncée a été convoquée. Interrogée sur sa relation avec le jeune homme elle a déclaré qu’il s’agit d’une connaissance qui s’est approfondi au fil des jours et qu’à l’époque elle attendait une demande officielle de mariage. Puis au sujet de la conversation téléphonique, elle a essayé d’échapper à la réponse mais l’interrogatoire devint serré car appuyé par plusieurs preuves. Elle a fini par déclarer qu’il y a trois ans alors qu’elle était en relation de concubinage avec le concerné qui lui a promis le mariage elle est tombée enceinte et a contraint son ami à l’épouser sinon elle allait déposer plainte. Devant cette menace il a eu peur et il lui a avoué qu’il entretenait une autre relation et qu’il va trouver un moyen d’y mettre un terme. Quelques jours plus tard, il l’a contactée pour lui demander de le rejoindre dans un lieu isolé en pleine forêt. Surprise de cette invitation et surtout du lieu de rencontre, la curiosité l’a poussée à accepter. Elle s’y est rendue.

Elle a trouvé une fille étendue à même le sol, complètement inerte. Son concubin l’a informée qu’il l’a étranglée car elle l’avait menacé également de déposer plainte. Il lui a demandé de l’aider à cacher le cadavre. Ils ont inspecté les lieux et découvert un puits. Elle l’a aidé à transporter le cadavre et à le jeter au fond du puits.

Devant ces aveux, une brigade d’intervention s’est déplacée au domicile du jeune homme et l’ont arrêté.

Serré de questions et après avoir essayé de disculper encore une fois, il a fini par avouer être le meurtrier de la jeune fille. Il a donné la même version que sa complice.

Ils ont été placés en détention. Un mandat de recherches a été lancé contre l’ami du jeune homme auteur du faux témoignage.

Ils seront traduits bientôt devant une chambre criminelle.

AA

Mots-clés: