La philo truffée de pièges - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 25 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
25
2018

Première journée du Baccalauréat

La philo truffée de pièges

Jeudi 5 Juin 2014
نسخة للطباعة
Baccalauréat..La philo truffée de pièges

Coup d’envoi aujourd’hui des épreuves du baccalauréat pour 145 mille  candidats. Six jours durant, ils devront subir des épreuves pour tenter de décrocher le sésame qui leur ouvrira les portes de l’université. Ces futurs bacheliers  se sont mesurés hier aux épreuves de philosophie. L’avis des candidats sur cette épreuve  est départagé entre facile, abordable et difficile. Du côté des candidats littéraires, c’était dur   ! Tous nous ont exprimé leur mécontentement en sortant de l’épreuve de philosophie. « Ce n’était pas facile ! » s’exclamaient les uns. « C’est corsé ! » s’indignaient les autres. En effet, de l’avis de la majorité des candidats, l’épreuve de philo était difficile pour un élève de niveau moyen . Des sujets très  contestés par des enseignants qui se disent “écœurés” pour les élèves et tout le travail fait avec eux tout au long de l’année.Les sujets, n’étaient pas vraiment faciles, de l’aveu même des professeurs  que nous avons interrogés. Morale, humanisme et  modélisation scientifique   ont été les trois thèmes dominants.Kamel Chérif prof de philosophie estime que les trois sujets ont donné du fil à retordre aux candidats littéraires « Les trois sujets sont mal formulés et exigent une profonde réflexion de l’élève. Les deux premiers sont secs et truffés de pièges. Ils ne collent pas à la réalité et à cette mouvance que connaît le pays. Le deuxième sujet sur la modélisation scientifique n’est pas très abordable et là il faut revoir la façon dont on pose les sujets d’examen. On n’est pas là pour bloquer nos élèves ». L’examen dans son ensemble était difficile même pour les bons élèves. Ce sont les mêmes impressions que nous avons retrouvées chez beaucoup de candidats de cette filière d’autres établissements. «La salle dans laquelle j’ai surveillé, les candidats donnaient l’impression d’être bloqués», témoigne une enseignante, surveillante dans un centre d’examen. Maha élève en 4ème lettre estime que les deux premiers  sujets étaient trop durs  « Je suis écœuré de la distorsion entre la manière dont les programmes nous ont été annoncés et la manière dont on évalue les élèves.” Pour Nehla, l’épreuve de philo était ambiguë. Il dit : «J’ai décidé de prendre l’explication de texte, je trouve celaplus méthodologique et moins aléatoire, c’était un texte de Kant sur la morale. Sereinement, je  n’avais pas une très grosse moyenne à l’année, donc j’espérais avoir une notre autour de 8 ou 10 sur 20, quelque chose comme ça».

Mohamed Ali est de cet avis « On avait trois sujets au choix et j’ai pris celui sur la modélisation scientifique. Je n’ai pas vraiment  réussi, cela faisait rentrer pas mal de notions » nous  explique- t-il « Mais  la vocation première de l’épreuve de philosophie nous dit un prof retraité  n’est pas de recracher un cours bien appris mais montrer son aptitude à articuler sa pensée et à résoudre un problème.

Un ouf de soulagement pour les autres filières !

Pour les filières scientifiques, maths, technique, informatique et économie de gestion, les candidats ont jugé le sujet de philo abordable. Cependant, contrairement à ceux de la filière des littéraires, ils ont été dans l’ensemble satisfaits. De l’avis d’un enseignant interrogé devant un lycée, «un élève moyen pourrait facilement avoir la moyenne dans le sujet de philo qui a été proposé. La première partie se compose de trois questions et la deuxième est un essai au choix sur le devoir moral, le bonheur et l’identité». Ce que confirmera un candidat sorti satisfait du travail qu’il a accompli. Lui, il a porté son choix sur le sujet numéro un qu’il a jugé très facile à résoudre. Ahlem de la filière math est satisfaite de sa philosophie: “J’ai choisi le sujet sur l’identité, nous a-t-elle confié. “Il y avait pas mal de choses à dire étant donné qu’il y a plusieurs regards croisés sur la question, ça regroupe différents chapitres du cours.” Malgré le fait que c’était une épreuve du baccalauréat, elle a tout de même trouvé que “c’était assez sympa” et a estimé qu’il était essentiel de bien respecter la méthode de la dissertation pour pouvoir organiser sa pensée. “Je suis contente de moi, j’avais assez travaillé et je pense que ça a payé ce matin. J’espère avoir un bon résultat » “ Souriante, Nesrine, une candidate approchée devant la sortie du centre d’examen a indiqué que «les deux sujets au choix qui nous ont été proposés étaient abordables. Ce sont des questions qu’on a déjà traitées durant l’année scolaire avec le prof, donc c’est un énorme soulagement pour nous». Ce n’est pas le cas de Mohamed Mehdi de la section sciences expérimentales qui estime que le thème sur le devoir moral et la quête  du bonheur n’a pas été abordé par son prof en classe. Bon, maintenant, on oublie la philo. Place aux autres matières. Et le résultat final sera à prendre... avec philosophie.

Kamel BOUAOUINA