Le président de la FTHB,Karim Helali jette l’éponge - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
20
2018

HAND BALL: Notre sport va de mal en pis…

Le président de la FTHB,Karim Helali jette l’éponge

Mercredi 4 Juin 2014
نسخة للطباعة
• Le 1er vice-président, Mourad Mestiri pense en faire de même, si…

C’est un peu la crise dans presque la totalité de nos fédérations nationales sportives. Tout semble aller de travers dans la mesure où  les composantes des bureaux fédéraux ne semblent pas  servir les causes du sport pour lequel ils ont été investis par les clubs mais plutôt pour servir leurs propres intérêts. Une crise de confiance qui se répercute inévitablement sur un sport national qui ne fait que péricliter au fil des années
Un moment mal choisi
Une crise de confiance d’autant plus grave qu’elle est en train de s’en prendre à une discipline, le handball en l’occurrence, qui a beaucoup donné au sport national. Entraînant la démission de Karim Hélali président de la fédération tunisienne de handball. Nous estimons que le moment est mal choisi dans la mesure où plusieurs engagements nationaux et internationaux attendent notre handball : finale de la coupe de Tunisie, préparation de nos équipes nationales Hommes et Dames pour les prochains championnats du monde outre d’autres rendez-vous d’une même importance impliquant les clubs.
K. Hélali : «Suspicions pénalisantes»
Il est utile de rappeler  qu’une charte de travail a été élaborée au mois d’avril dernier, après évaluation, avec pour objectif de « renforcer les acquis, cibler les imperfections et leur apporter les correctifs idoines ». Moins de deux mois plus tard, on revient à la case départ avec la démission de Karim Hélali à laquelle personne de s’attendait. Le pourquoi de cette démission ? Ecoutons-le : « Un bureau fédéral est tenu d’exercer en parfaite symbiose, en parfaite harmonie. Ses décisions ou plutôt les plus importantes d’entre elles doivent être prises avec l’accord du tous les présents sinon avec la majorité d’entre eux. Il y a, néanmoins,  des décisions qui ne peuvent pas attendre et exigent une décision aussi rapide que possible. Et là il appartient au président de trancher séance tenante, et non d’attendre une à deux semaines l’accord de quelques collègues du bureau fédéral, je pense que cela fait partie de ses prérogatives. Or, ce n’est plus le cas depuis un certain temps et les exemples de ce genre sont nombreux.  Ce genre de suspicions entravent non seulement la bonne marche de la fédération mais paralysent une bonne partie des actions à entreprendre qui ne peuvent pas attendre. Et je ne tiens pas à être partie prenante de semblables dérives ».
Et la Tutelle dans tout ce méli mélo ?
Reste à savoir quelle serait la position du Département de la Tutelle dont les responsables n’hésiteraient pas à intervenir à l’amiable si ce n’est déjà fait. D’autant plus que le président « démissionnaire » nous a fait part de son engagement de continuer à suivre de près les préparatifs de l’équipe nationale qui accueille la Suisse et veiller sur un bon déroulement de la finale de la coupe de Tunisie.
Cela étant, le Bureau fédéral s’est réuni hier soir pour justement plancher sur ladite démission. Auparavant, Mourad Mestiri le 1er vice-président de l’instance fédérale n’a pas manqué de nous faire part de sa surprise quand il a appris la décision de Karim Hélali : «Je pense que si Karim aurait du opter pour la concertation partant du fait que sa démission est venue au mauvais moment. Je pense également qu’un président n’a pas le droit de démissionner d’autant plus qu’un certain nombre d’engagements importants attendent notre handball dont la finale de la coupe de Tunisie, la coupe d’Afrique des clubs champions d’Afrique et le Mondial du Qatar en janvier 2015 et de poursuivre : le Bureau fédéral va se réunir incessamment (NDLR : ce fut hier) pour remettre les choses en ordre et en cas d’absence de consensus, je pense me retirer à mon tour».

 

BEN ARFA