«Contre l’EST, les absences de Boulâabi et Ben Youssef risquent d’être pénalisantes!» - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 23 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
25
2018

CSS : Hamadi Daou réaliste :

«Contre l’EST, les absences de Boulâabi et Ben Youssef risquent d’être pénalisantes!»

Mercredi 4 Juin 2014
نسخة للطباعة

A peine  s’est-il installé, hier en début d’après-midi, avec son groupe à l’hôtel , à El Kantaoui, lieu choisi d’un stage de préparation de trois jours, nous avons sollicité Hamadi Daou, l’entraîneur « Noir et Blanc », pour nous établir l’état des lieux de son groupe au moment où le compte à rebours du choc contre l’Espérance a bel bien commencé.
Le Temps : Quatre points glanés au terme de la deuxième journée de cette phase des poules. La marche de l’équipe est-elle conforme ou non à vos prévisions ?
H Daou : Oui ,notre tableau de marche est conforme à nos prévisions. Nous avons battu au M’hiri Ahly Benghazi, un adversaire qui impose le respect. La preuve qu’il a réussi à battre l’Espérance dans son fief. Ensuite nous avons ramené le match nul de notre déplacement à Sétif face à une Entente Sportive locale qui lui arrive que très rarement de faire des concessions au stade du 8 Mai, un véritable chaudron. Ce jour là nous avons joué pour la victoire et nous aurions pu nous en sortir avec les trois points. Mais il faut reconnaitre que  nous avons enduré des moments difficiles durant le dernier quart d’heure du match.
Et si vous nous faites-nous le point au sein de l’ensemble après  environ une semaine de préparatifs menés à Sfax
La préparation que nous avons effectuée à Sfax s’est déroulée dans une excellente ambiance. Le moral est au beau fixe et ceci est rassurant quant à la suite de notre parcours en Ligue Africaine, une compétition très exigeante. Nous allons profiter de nos deux stages  programmés respectivement à Sousse et à Hammamet pour peaufiner nos plans et se présenter, ainsi, fin prêts pour pouvoir damer le pion à l’Espérance
Sur quels aspects avez axé votre travail ?
Nous n’ avons rien laissé au hasard. Tous les aspects du jeu ont été l’objet d’un soin particulier y compris le côté mental partant du fait que dans ce genre de match aux gros enjeux le nerf jouent un rôle de première importance.  
L’équipe déplorera, à l’occasion trois absences de taille. Manqueront en effet à l’appel Idrissa kouyaté, Bassam Boulaâbi qui se remettent d’une blessure et Fakhreddine Ben Youssef, suspendu d’un match pour somme d’avertissements.
Ces absences ne risquent-t-elles pas de pénaliser l’équipe surtout quand on sait qu’elle manque de doublures valables au niveau de certains postes, en défense et en attaque plus précisément?
Nous nous sommes habitués à jouer, pendant plus d’un mois, sans Idrissa, son absence ne se fera pas trop sentir. Par contre celles de Boulaâbi et de Ben Youssef sont contraignantes. Mais nous sommes devant l’obligation de trouver les solutions adéquates à chaque fois qu’un joueur ou plus fassent défaut soit pour cause de suspensions soit par suite de blessures.
Contre l’Espérance, un adversaire ayant dos au mur, il vous sera difficile de le contraindre à une troisième défaite d’affilée qui lui serait pratiquement synonyme d’élimination de la course. Qu’en pensez-vous ?
Je m’intéresse à mon groupe que je prépare pour pour le jour ‘J’ .Nous allons tout mettre en œuvre pour ramener les trois points de la victoire de Radés et mettre, ainsi, un pied en demi-finale.      

Ameur Kerkenni