Meurtre prémédité, planifié par l’épouse, exécuté par l’amant - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 25 Avril 2018

Suivez-nous

Apr.
26
2018

Meurtre prémédité

Meurtre prémédité, planifié par l’épouse, exécuté par l’amant

Dimanche 1 Juin 2014
نسخة للطباعة
Meurtre prémédité, planifié par l’épouse, exécuté par l’amant

 Il y avait entre l’époux et sa femme un sentiment de rejet qui s’est accentué au fil des jours. Certaines femmes contraintes à s’unir pour la vie avec un homme se voient à la longue frustrées ce qui fait naître la haine et l’envie de partir et de tout laisser tomber.

C’est ce qui est arrivé à cette épouse qui après tant d’années de vie commune avec son homme a fini par le délaisser et partir à la conquête d’un nouvel amour. Elle a trouvé auprès de ce jeune homme tout ce qu’elle cherchait. La jeunesse, la vivacité et la satisfaction physique. Elle lui a juré fidélité. La suite c’est qu’elle est devenue carrément sa maîtresse déclarée car plusieurs personnes l’ont vue collée à ses bras en pleine rue.

Ayant eu écho de la conduite de sa femme, l’époux a commencé par lui reprocher cela. La riposte était inacceptable. L’indécence de l’épouse l’a poussée à lui rétorquer qu’il a perdu la capacité de la satisfaire physiquement, donc il ne pouvait plus rien lui reprocher.

Les disputes sont devenues quotidiennes. Une fois le mari trompé a menacé sa femme de porter plainte et de l’accuser d’adultère ce qui a pour conséquence la prison pour une longue période. Devant cette menace la jeune femme a demandé à son amant de mettre fin à son calvaire et de trouver le moyen de faire disparaître cet époux encombrant.

Ce dernier lui a promis de passer à l’acte. Il lui a demandé de l’informer de l’horaire où le mari quitte le domicile conjugal pour aller travailler. C’est ainsi que le jour des faits elle a informé son amant que son époux venait de quitter la maison, il était 5H du matin. L’amant l’a rejoint puisqu’il connaissait son itinéraire et sans lui laisser le temps de réagir, il l’a attaqué par derrière et lui a asséné un coup de couteau au niveau du dos. Puis au moment où le blessé chutait, il lui a asséné d’autres coups au niveau des poumons. Du coup l’époux a perdu l’équilibre et est resté couché à même le sol en train de combattre la mort. Il a été secouru par des passants qui l’ont conduit à l’hôpital après avoir informé les autorités.

Le blessé a été accepté au pavillon des soins intensifs. Il portait plusieurs coups au niveau des poumons ainsi qu’au niveau de la clavicule. Malheureusement et malgré tous les soins qui lui ont été prodigués, il a fini par succomber à ses blessures.

Le meurtrier, après avoir accompli son lâche forfait a informé sa maîtresse et lui a demandé de s’éclipser quelque temps. Il a également fermé son téléphone portable et par conséquent n’était plus joignable.

Une équipe judiciaire présidée par le juge d’instruction s’est déplacée à l’hôpital pour les procédures d’usage. Le juge d’instruction a ordonné de transférer le cadavre à la morgue pour autopsie et a confié l’affaire aux inspecteurs de la Direction Régionale des affaires criminelles.

L’épouse a été convoquée pour les besoins de l’enquête. Elle a déclaré que le jour des faits elle s’est déplacée chez ses parents et quand elle a été informée de l'agression contre son mari, elle s’est évanouie et elle a été transportée à l’hôpital où elle a reçu des soins. Elle a expliqué aux enquêteurs qu’elle vivait un enfer avec son défunt époux et qu’elle ne s’entendait plus avec lui depuis plusieurs mois mais cela ne pourrait jamais l’amener au meurtre. Elle a désigné des témoins amis de ses parents qui ont affirmé avoir vu l’épouse au domicile parental mais ils n’ont pas précisé l’heure au cours de laquelle elle est arrivée.

N’ayant obtenu aucune preuve de culpabilité, les enquêteurs l’ont libérée. Mais ils ont continué leurs investigations en épiant l’épouse. Deux semaines plus tard, elle a été aperçue en compagnie d’un jeune homme sur la plage. Ils ont marché et discuté pendant plus d'une heure puis chacun est parti de son côté. C’est l’instinct des enquêteurs qui, sentant du louche, ont arrêté le jeune homme. Interrogé sur sa véritable relation avec l’épouse il a déclaré qu’il s’agit d’une amitié saine et qu’il la considérait comme une sœur. Pressé de questions et confronté avec les appels téléphoniques quotidiens il a fini par se mettre à table et à déclarer avoir entretenu une relation d’adultère avec l’épouse et qu’ils se sont aimés profondément.

Il été informé par l’épouse que son mari l’avait battue et menacée de divulguer cette relation à sa famille et déposer plainte pour adultère. Devant cette situation dramatique, l’amant a décidé de mettre fin à la vie de l’époux. Il en a informé sa maîtresse de sa décision et cette dernière a approuvé et l’a même encouragé en lui donnant l’heure précise du départ de son mari au travail et a incité son jules à le liquider au plus vite.

Confrontée avec ces déclarations l’épouse ingrate a déclaré avoir entretenu une relation extra conjugale avec le jeune homme et qu’elle l’avait profondément aimé après avoir subi plusieurs contrariétés de son mari, mais elle a insisté à se disculper de l’accusation de complicité de meurtre. Elle a cité des témoins qui l’ont trouvée auprès de ses parents.

Le juge d’instruction a clos l’enquête en inculpant le jeune homme de meurtre prémédité et l’épouse adultère de complicité.

Ils seront traduits très bientôt devant une chambre criminelle pour répondre de cette accusation.

AA

Mots-clés: