Les délais seront-ils respectés ? - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 11 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
13
2018

Prochaines élections..Séparation décidée entre les législatives et la présidentielle pour une question de transparence et d’intégri

Les délais seront-ils respectés ?

Dimanche 1 Juin 2014
نسخة للطباعة
Prochaines élections..Séparation décidée entre les législatives et la présidentielle pour une question de transparence et d’intégri.. Les délais seront-ils respectés ?

Les partis politiques participant au Dialogue national se sont entendus pour organiser séparément les scrutins législatifs et présidentiel, comme l’a affirmé le Secrétaire Général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Houcine Abbassi. Reste à savoir que ce consensus s’empêtre encore dans des détails importants. Laquelle des deux élections aura lieu la première ? Concernant ce point précis, les participants au Dialogue national ne se sont pas encore prononcés, préférant en référer à leurs structures, en attendant que la question soit définitivement tranchée d’ici demain pour décider si le scrutin présidentiel passe avant les élections législatives ou le contraire. Après des semaines d’incertitude, les horizons commencent à se clarifier. Cependant beaucoup de problèmes restent posés. Les délais seront-ils respectés ?

Le fait d’avoir tranché en faveur de la séparation des deux élections est considéré comme un grand pas vers l’intégrité des prochaines élections. Moëz Bouraoui, président de l’Association Tunisienne de l’Intégrité et de la Démocratie des Elections (ATIDE) se félicite de la décision prise de séparer les deux scrutins. « Nous avons passé le cap de la concomitance qui aurait été une catastrophe pour la démocratie. La bataille continue pour la transparence et l’intégrité des prochaines élections. Les scénarii présentés par l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (ISIE) contenaient beaucoup d’erreurs. D’une façon ou d’une autre, il est impossible de mener à temps toutes les élections avant la fin de l’année 2014. Il vaut mieux commencer par une des élections avant la fin de l’année. Nous avons conseillé de donner la priorité aux élections législatives. Dans le climat actuel, on aimerait bien avoir un gouvernement fixe et permanent le plus tôt possible. En France, ils ont un régime présidentiel, ils commencent par l’élection présidentielle. En Italie, le régime est parlementaire, ils commencent par les législatives. En Tunisie, nous sommes dans ce cas de régime parlementaire. De toute façon, entre les deux élections, il faut compter entre un mois et demi et deux moisd’intervalle. L’essentiel est qu’il n’y ait pas de concomitance. Laquelle des deux élections se déroulera en premier lieu est secondaire ».

Jawhar Ben M’Barek, constitutionnaliste estime que l’accord convenu au sein du Dialogue national penche pour la séparation des deux élections avec la tenue de la présidentielle en premier lieu. Il ne pense pas qu’on pourrait organiser les législatives avant la présidentielle. « Sur le plan constitutionnel, il est fort logique que la présidentielle se tienne la première. A travers les élections, il faut commencer par la tête de la pyramide des pouvoirs garant de la République. Reste l’article 76 de la Constitution qui prévoit que le président de la République prête serment devant la chambre des députés. Il n’y a aucun obstacle à ce que la présidentielle se passe avant les législatives. Le président élu prendra ses fonctions après deux mois d’attente. Ce qui n’est pas grave. Dans plusieurs pays, le chef de l’Etat prend ses fonctions quelques semaines après son élection. Sur le plan technique, nous aurons trois opérations de vote : le premier tour de la présidentielle, les législatives et le second tour de la présidentielle. On peut commencer par organiser les deux tours de la présidentielle puis, les législatives. Les participants au Dialogue national, vont peut être se mettre d’accord sur une alternance de la présidentielle et des législatives au deuxième tour des présidentielles. Ce n’est pas encore, décidé. Je suis favorable à la séparation totale entre les deux élections. Organiser les législatives entre les deux tours est intenable. Logiquement, on commence par les deux tours de la présidentielle, puis les législatives. Au cas où les législatives se tiennent avant de connaître le nom du prochain président, leurs résultats seront faussés. Il vaut mieux que la situation soit claire dans la tête de l’électeur et que le citoyen choisisse ses représentants à l’Assemblée du peuple en toute âme et conscience ».

Hassine BOUAZRA

Articles liés