Vite, au théâtre… on joue les «Tartuffes» de Molière ! - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 16 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
17
2018

Mémoire du temps.. présentQue de larmes de crocodiles

Vite, au théâtre… on joue les «Tartuffes» de Molière !

Dimanche 1 Juin 2014
نسخة للطباعة
Mémoire du temps présent: Que de larmes de crocodiles.. Vite, au théâtre… on joue les «Tartuffes» de Molière !

Par Khaled Guezmir

Le ministre de l’Agriculture devrait être un homme heureux ! Lui, au moins, pourrait dans une fiction digne de Marcel Proust dans sa recherche du temps perdu, profiter de l’impact du terrorisme qui frappe sans relâche la Tunisie. En effet, avec les bonnes pluies de cette fin de printemps, les larmes de crocodiles et autres hypocrites d’une partie de la classe politique tunisienne, pourraient largement l’aider à alimenter ses barrages et les nappes phréatiques desséchées par les trois dernières années de cette transition miraculeuse !

Voilà qu’on se réveille sur « l’union sacrée » des Tunisiens solidaires des victimes raflées à la fleur de l’âge parmi nos braves policiers à Kasserine. Onze millions de Tunisiens d’une même voix condamnent le terrorisme, mais jamais ses sources, ses promoteurs et ses complices !

Tous les partis politiques sans exception veulent s’adosser à ce dossier macabre pour espérer trouver preneurs à leurs marchandises empoisonnées par le délire de l’indécence, y compris ces formations surdimensionnées qui étaient si proches des milices de la violence.

Enfin, les « acteurs » qui ont été de toutes les légitimations du nouvel ordre mondial de la terreur au nom de la religion et de leur compréhension bienveillante des « brebis » égarées terroristes parmi « nos enfants » sont aux premières loges de ce nouveau mur des lamentations.

Mais, alors qui a semé les graines du terrorisme à grande échelle, dans notre pays depuis la Révolution ! qui a financé et formé ces escadrons de la mort ! Certainement pas les commerçants des droits de l’Homme qui ont détruit l’immunité sécuritaire du pays, et qui au nom de la Révolution, ont mis à terre les forces spéciales du renseignement et de la lutte anti terroriste au ministère de l’Intérieur, culpabilisées et accusées de police « politique fasciste » de la Chariaâ l’envoi de nos enfants sur le front syrien pour « s’afghaniser » et revenir au Chaâmbi à travers la Libye et les frontières Ouest, en prêchant le jihad(fardhou aâïn) comme devoir sacré des musulmans !

Qui a livré nos mosquées aux Imams irréductibles de la guerre sainte… contre qui… contre les musulmans de ce pays depuis 14 siècles ! Enfin, qui a ouvert, grandes les frontières de ce pays aux prédicateurs de l’intolérance et du fanatisme d’Orient !

N’attendons pas de réponse. Tous ces acteurs ont la conscience tranquille, ils n’ont fait que leur devoir et ils ont même contribué largement à sauver le pays lors du dialogue national !

Maintenant que nous sommes rassurés de leur allégeance à la Tunisie, alors pourquoi ces drapeaux noirs qu’on voit dans certains meetings de partis très… très… « légaux » au vu et au su de la terre entière.

Pourquoi toutes ces tentes de la prédication « Daâwa » pour islamiser qui… puisque nous sommes miraculeusement « islamisés » et unis par la lutte anti-terroriste !

La fiction a dépassé de fait les limites de l’indécence. Elle fait de la Tunisie en ce moment un théâtre immense où l’on joue le « Tartuffe » de Molière » du matin au soir.

Non messieurs ! La terreur qui a envahi ce pays depuis trois ans doit être démantelée en desséchant les sources qui l’alimentent.

Ces sources ne sont pas seulement matérielles avec la logistique, les armes les 4x4, dont ne disposent pas nos propres forcesde sécurité à Kasserine.

Elles sont aussi culturelles et morales.

Ceux qui pleurent à chaudes larmes (de crocodiles) nos jeunes policiers tués à Kasserine doivent changer leurs discours et les valeurs qui les soutendent. Ou au moins qu’ils se taisent !

K.G

Mots-clés: