Le réseau «Mourakiboun» tend la main à l’ISIE - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 21 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
22
2018

Processus électoral

Le réseau «Mourakiboun» tend la main à l’ISIE

Vendredi 30 Mai 2014
نسخة للطباعة

Le processus électoral tunisien avance à grand pas. Les initiatives lancées par la société civile se multiplient et sont à saluer. Travaillant dans la discrétion, le collectif des associations spécialisées dans les élections ne chôment guère. La machine est lancée. Les projets ne manquent pas. Mourakiboun (Les Observateurs), une des associations qui accompagnent le processus électoral depuis son commencement, a annoncé, récemment la dernière ligne droite de deux de ses projets.
Entamé en 2011 à la veille des élections du 23 octobre, le projet «Mapping des centres de vote», a été lancé par le réseau Mourakiboun. A l’époque, il n’était qu’à sa toute première phase et ne couvrait pas tout le territoire. Cette initiative a été proposée par de jeunes tunisiens appartenant audit réseau afin de fournir à l’ISIE et aux observateurs des données précises sur les bureaux de vote et leur géo-localisation.
Le Temps s’est entretenu avec le chef du projet et membre du réseau Mourakiboun, Mahdi Limam.
Le Temps : vous avez annoncé, dernièrement, la phase finale de votre projet. Si vous pouvez nous en parler en quelques mots.
Mahdi Limam : le projet «Mapping des centres de vote» est né il y a 3 ans. Depuis, il a parcouru beaucoup son chemin. Nous sommes aujourd’hui arrivés à couvrir 80%  des centres de vote. On attaque ainsi la dernière ligne droite. Il y a deux mois, nous couvrions à peine 25% de bureaux de vote.  Ce qui équivaut une géo-localisation de 1220 de centres de vote. A l’époque, nous avons travaillé avec une équipe de 100 bénévoles tunisiens. Nous nous sommes  déployés et déplacés dans tous les gouvernorats pour cartographier et enregistrer les coordonnées GPS de tous les bureaux de vote. Pour ce faire, les jeunes volontaires de Mourakiboun ont utilisé des tablettes équipées de l’application «Maps-WithMe Pro».
A la fin du mois de mars 2014, notre réseau avait annoncé la fin du projet «Mapping des centres de vote» pour la fin mai de la même année. Nous y sommes. En effet, depuis, nous avons pu géo-localiser les 4833 centres de vote restants, ceux-là-même qui ont été utilisés durant des élections du 23 octobre 2011.
Dans quelle mesure «Mapping des bureaux de vote» pourra-t-il soutenir le processus électoral ?
En géo-localisant tous les bureaux de vote, notre projet vise à garantir la transparence lors des prochaines élections. Il permettra de mieux ordonner le travail et la coordination entre tous les centres de vote et offrira une meilleure visibilité de l’opération de vote. «Mapping des centres de vote» s’impose comme outil précieux pour l’ISIE dans la mesure où il l’aide dans la répartition des centres de vote tout en tenant en compte les facteurs géographiques et la distance entre les bureaux de vote. C’est, notamment, un moyen de visualisation de toutes les informations qu’il faut sur chaque bureau. Par ailleurs, l’ISIE peut s’en inspirer en termes de répartition et d’affectation du personnel par centre de vote. C’est pareil aussi pour la répartition et l’organisation logistique le jour J.  Ce projet s’inscrit, notamment, dans la perspective d’assurer une opération électorale bien organisée et éviter les indispositions qui ont marqué les élections de l’Assemblée Nationale Constituante.
Le Mapping servira à tous les intervenants dans le processus électoral, société civile, ISIE et autorités d’avoir une visualisation concrète nantie d’informations géo-référencées qui faciliteront la coordination et l’opération d’observation dans chaque bureau de vote.
Je tiens, notamment, à faire remarquer que cette opération de géo-localisation a servi d’outil de repérage au ministère de l’Education. Ce dernier a pu, grâce au travail du réseau Mourakiboun, se doter d’une véritable base de données géo-référencées couvrant toutes les écoles et tous les établissements scolaires. Le Mapping des centres de vote, est devenu une sorte de «Carte Scolaire Tunisienne».
Qu’en est-il de la plateforme «Tunisia Election Data» ?
Parallèlement, nous venons d’annoncer le lancement officiel de la plateforme «Tunisia Election Data». Un autre moyen informatif où il s’agit d’une collecte et d’une visualisation de données électorales, accompagnées cette fois-ci d’analyses. Cette plateforme est accessible au grand public. Elle est l’ensemble des informations recueillies par les observateurs de Mourakiboun. Nous nous sommes basés sur les données électorales du 23 octobre 2011 qui ont été diffusées sur OpenGovTN. Elles nous ont servi de première base de données pour la plateforme. En quelques mots, «Tunisia Election Data» est la plateforme qui centralise toutes les informations relatives aux élections à commencer par le taux de participation, l’enregistrement des citoyens électeurs, les bulletins (blancs ou invalides ou autres) ou encore les résultats obtenus par chaque parti politique. Ces données seront présentées détaillées dans la plateforme de manière exhaustive et simplifiée. Pour la rendre plus accessible à tous, elle sera présentée en trois langues (arabe, français, anglais) et sous forme de cartes interactives. Le format qu’on a choisi est exploitable et téléchargeable pour que l’on puisse répondre aux attentes de tous les internautes.

 

Propos recueillis par Melek LAKDAR