La crise libyenne et ses effets de leviers sur l’économie nationale - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 18 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
18
2018

La crise libyenne

La crise libyenne et ses effets de leviers sur l’économie nationale

Mardi 27 Mai 2014
نسخة للطباعة

Ce qui se passe aujourd’hui en Libye, notre partenaire congénital et la montée de la menace terroriste qui pèse sur nos frontières attisent la crainte du gouvernement tunisien et celle des pays limitrophes du Sud aussi bien que du Nord de la Mare-nostrum. Les ministres des Affaires Etrangères se sont réunis en conclave lors du sommet 5+5 pour discuter des moyens à même de trouver un consensus régional à gérer au moindre coût et avec le minimum de dégâts la crise libyenne. Une réunion extraordinaire se tiendra le 1er juin entre les ministres des Affaires Etrangères des pays de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) et une seconde réunion est prévue le 2 juin devant regrouper les envoyés spéciaux de le Ligue Arabe, des Nations Unies, de l’UE, des USA et autres. L’objectif étant  de trouver une issue de secours au bourbier Libyen du moment où on ne peut la sécurité de la Libye de celle  du territoire tunisien. Et en dehors de la question sécuritaire, le « réseau » économique et commercial qui connecte les deux pays partenaires est d’une importance cruciale.  
La Libye est le premier partenaire arabe de la Tunisie. Les échanges de la Tunisie avec la Libye représentaient en 2011, 2,6% du total des échanges extérieurs de la Tunisie, soit 4,5% des exportations tunisiennes officielles et 1,3% des importations.  Depuis le renversement du régime du Kadhafi en 2011, les exportations tunisiennes vers ce pays partenaire n’ont cessé de dégringoler laissant libre place à la contrebande et à l’explosion du commerce parallèle. Au mois d’avril 2014, les exportations tunisiennes ont reculé de 31,4% à destination de la Libye. La fermeture continue et intermittente du poste frontalier Ras Jdir aurait des conséquences négatives sur le niveau des échanges bilatéraux. Près de 32 produits tunisiens ne se vendent plus sur la Libye selon les circuits légaux de commercialisation. D’où l’impact sur la balance commerciale de la Tunisie qui ne cesse de se creuser pour toucher le fond.
Outre le volet commercial d’autres secteurs peuvent subir directement ou indirectement les contrecoups de la crise libyenne à savoir particulièrement le tourisme médical, l’investissement et le secteur de la construction et du bâtiment.
Plus de 1,8 million Libyens trouvent refuge en Tunisie depuis la « Révolution Libyenne » qui a piégé Kadhafi et consorts. Quelque part, malgré leur apport non négligeable dans la dynamisation du rythme de  la consommation  tunisienne, les effets négatifs de cette situation humanitaire n’ont cessé de porter de sacrés coups impactant durement la cherté de vie devenue insoutenable : la hausse des prix à la consommation familiale, la  flambée des prix des logements, la rupture parfois observée de stocks pour certains produits alimentaires de première nécessité outre les effets croisés sur la hausse des coûts de certains services dont les services de soin et annexes. Ceci dit, les liens d’amitié et de partenariat qui lient les deux pays sont  inéluctables. D’où cette harangue lancée en Tunisie pour discuter du destin de la Libye qui n’est autre que le destin sécuritaire et économique de la Tunisie.

 

Yosr GUERFEL AKKARI