Vaste action citoyenne de nettoyage de plages en danger - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 18 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
19
2018

Environnement..“Les éboueurs de la Méditerranée”

Vaste action citoyenne de nettoyage de plages en danger

Dimanche 25 Mai 2014
نسخة للطباعة
Environnement..“Les éboueurs de la Méditerranée” ..Vaste action citoyenne de nettoyage de plages en danger

Malgré des conditions météorologiques capricieuses, certains impatients ont déjà investi les plages et fait leurs premiers plongeons de la saison. Par ailleurs, des actions citoyennes de nettoyage du littoral sont organisées par des associations de protection de l’environnement. Une occasion pour faire le point sur la situation et rappeler l’état des lieux.

Une vaste opération de nettoyage des plages, baptisée “Les éboueurs de la Méditerranée” a été organisée samedi 24 mai. Une action citoyenne d’une grande envergure à laquelle s’est associée la Radio Tunis Chaine Internationale (RTCI) en tant que partenaire médiatique. Il faut dire qu’impliquer les citoyens et les médias à de telles campagnes de sensibilisation est un moyen efficace pour redonner à nos plages leur splendeur d’antan mais surtout pour éviter leur pollution pendant la saison estivale par des détritus de nourriture, des sachets, des bouteilles en verre ou en plastique, des canettes, des pneus… Régulièrement organisée par la Conférence permanente de l’audiovisuel Méditerranéen (COPEAM), la précédente édition des “ Eboueurs de la Méditerranée” avait eu lieu en Algérie et avait remporté un grand succès. Cette année, cette opération écologique a obtenu le soutien de bon nombre d’associations tunisiennes oeuvrant pour la protection de l’environnement dont “Trait d’Union”, “Association Amis des Oiseaux”, “Les enfants de la Terre”, “Tunisia Ecotourism Network”, “Les Amis du Belvédère”… Du nord au sud, des volontaires ont relayé l’information et invité les citoyens à se joindre à eux samedi pour le grand nettoyage des plages de leurs régions.

Pari réussi, du nord au sud

Le jour J, “Les éboueurs de la Méditerranée” a enregistré une forte mobilisation. De Bizerte à Djerba en passant par Korbous, Korba, Kélibia, La Goulette, Gabès, EL Guettar, Mahdia, Sousse et bien d’autres villes, tout le monde a répondu présent. Des gants, de grands sacs et des bouteilles d’eau ont été distribués par les associations, le tout dans la joie et la bonne humeur, malgré le ciel gris et le vent qui soufflait fort à certains endroits. Les volontaires de tout âge ont ramassé et trié les déchets qui jonchaient le sable. Des parents sont venus accompagnés de leurs enfants, conscients que c’est en participant à de tels événements écologiques et loin des longs discours moralisateurs, qu’ils leurs transmettront réellement les vraies valeurs de citoyenneté et qu’ils leurs apprendront à se soucier de leur environnement. Sollicités, des agents municipaux ont également participé à certaines opérations de nettoyage et ont transporté à la fin les grands sacs bien remplis et bien lourds à bord de leurs fourgonnettes.  Samira Torjmane, Présidente de l’association Mouwatana wa Tawassol, nous a fait part de ses impressions à l’issue de cette matinée de labeur: “Notre association s’est chargée du nettoyage de la plage et du port de Sidi Bousaïd. Il était prévu que nous soyons une vingtaine. Malheureusement, ce matin nous n’étions qu’une dizaine de volontaires. Ceci ne nous a pas découragé, loin de là. Nous avons travaillé dur, à un rythme très soutenu. Nous sommes épuisés mais heureux du résultat. La plage est maintenant propre. Pourvu seulement que ça dure ! Cette matinée nous a boosté et encouragé à organiser d’autres opérations de nettoyage surtout que des curieux nous ont abordé pour comprendre ce que nous faisions, sachets à la main sur la plage. Nous leur avons expliqué l’objectif de cette action et beaucoup ont émis leur désir de rejoindre notre association et de contribuer à nos activités.” Pour sa part, Ahmed Azib, Président de l’association “Hippo Diritus” s’est félicité de la forte participation de volontaires à cette belle action environnementale. Plus de 70 personnes se sont en effet mobilisées aujourd’hui pour nettoyer la plage de Sidi Salem à Bizerte, sur une surface de 2 kilomètres. Il a également appelé les associations participantes à bien trier les déchets et proposé de faire acheminer les bouchons collectés à l’association “Emel Tounes” qui les échange contre des chaises roulantes pour personnes handicapées. Pour sa part, “Hippo Diritus a collecté 13 kg de bouchons en plastique en plus des 2537 kg de déchets répartis dans 232 grands sachets.

Plages de Tunisie:

Mention passable...

Les quantités de déchets ramassés par les associations sur nos plages sont effarantes. Certes le phénomène n’est pas nouveau mais avec la crise environnementale que nous traversons depuis plus de trois années, les choses semblent aller en se gâtant. Pourtant, la Tunisie a de belles plages qui en font rêver plus d’un. Le magazine américain n’a-t-il pas en effet classé la plage de Kélibia à la septième place des meilleures plages au monde à visiter impérativement avant de mourir. Malheureusement, le tableau est bien moins idyllique  ailleurs: peu ou pas d’entretien, déversement des eaux usagées des quartiers résidentiels avoisinants, des plages transformées en décharges publiques …. Il suffit de se rendre à Raoued ou à Hammam-Lif pour se rendre de l’ampleur de la catastrophe écologique qui frappe certains littoraux. Chaque année, la Direction de l’hygiène du milieu et de la protection de l’environnement au Ministère de la Santé (DGHMPE) effectue des analyses géo-biologiques d’échantillons d’eaux collectés des différentes plages de Tunisie, en se référant à 518 points de critère. Se référant aux résultats de ces analyses, la DGHMPE interdit de baignade certaines plages jugées trop polluées. En 2013, dix plages réparties sur cinq gouvernorats (Ariana, Ben Arous, Bizerte, Sousse et Monastir) étaient à éviter, à savoir celle de Raoued (sur 500 mètres à partir du canal vers le nord à Oued Hessyane), de Ben Arous (au versant des oueds Mghirat et Boukhamsa), d’Ezzahra, de Hammam-Lif (rue Aziza Othmana), de Zarzouna (Ain Kobtra), de Menzel Jemil (Maali), de Menzel Abderrahman (port de pêche), de Souassi (Sousse), d’Oued Hallouf (Sousse) et le littoral à proximité de l’ancien abattoir et en face de la société Sotubois à Monastir. La liste de cette année n’a pas encore été communiquée. Même si elle ne représentent que 10 ou 12% du littoral tunisien, il est urgent de trouver des solutions radicales et efficaces à la pollution de ces plages car s’y baignent chaque été des centaines de citoyens peu ou pas avertis des dangers auxquels ils s’exposent.

Rym BENAROUS