« Sidi Bou-Saïd est un lieu où la poésie a toujours eu une place de choix… » - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 14 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
15
2018

Entretien avec M. Raouf Dakhlaoui, maire de Sidi Bou-Saïd

« Sidi Bou-Saïd est un lieu où la poésie a toujours eu une place de choix… »

Vendredi 23 Mai 2014
نسخة للطباعة

Diplômé de l'Institut des Etudes Politiques de Strasbourg ( France), spécialité Relations Internationales en 1978, Raouf  Dakhlaoui est aussi titulaire  d’une  Licence de sociologie de l'université de Strasbourg, en 1980.
A partir de juin 2000, ouverture de la librairie "Mot à mot" à Hammamet.
En 2003,   Raouf  Dakhlaoui rejoint le groupe Clairefontaine avant de créer ART-LIBRIS, Librairie-Espace d'Arts à Salammbô.
Composé d'une librairie généraliste et d'une salle  servant de  galerie d'art et de salle de conférences et de présentation de livres,  Cet espace créé en 2008, a accueilli plus de 500 manifestations.
En juin 2011, Raouf  Dakhlaoui  est nommé  Président de la Délégation Spéciale de la Mairie de Sidi Bou Saïd. Il est également, membre d'associations citoyennes, culturelles  et de sauvegarde du Patrimoine.
Nous lui avons posé quelques questions à propos de la tenue les 23 et 24 mai,   du festival de la poésie : « Voix vives ; de Sète à Sidi Bou-Saïd ».

 

Le Temps : le choix de "Voix vives" s'est fixé cette fois-ci,  sur l'un des coins les plus beaux du monde, Sidi Bou-Saïd, classé patrimoine mondial; qu'en dites-vous?
Raouf  Dakhlaoui : en ce qui concerne le choix de "Voix Vives", Sidi Bou Saïd est un lieu où la poésie a toujours eu une place de choix. Connu comme le village des saints et des poètes, il est tout  de même logique qu'un festival pareil se tienne en son sein. Pour la mairie de Sidi Bou Saïd, abriter un événement aussi important est tout à fait naturel et va dans la logique des choses.
* En tant que maire de Sidi Bou-Saïd, qu'avez-vous préparé pour accueillir le festival de poésie: « de Sète à Sidi Bou-Saïd » qui comprend près d'une trentaine de manifestations   proposées pendant deux jours;    lectures poétiques et musicales, performances, contes pour adultes et pour enfants, spectacles... Où et comment  et quelles sont les mesures qui ont été prises?
- Une fois l'accord a été entériné entre Voix Vives et la Mairie, les autorités municipales se sont vite mobilisées afin que ce festival  connaisse un grand succès. Les édifices publics, les places du village ont été mis en état de recevoir le grand nombre d'artistes participants. Toute la logistique nécessaire a été mise en place; collage d'affiches, distribution des programmes, aménagement des placettes et des locaux municipaux, chaises, tables , sonorisation, lumière, service d'ordre… tout a été prévu pour que l'événement se déroule de la meilleure des façons.
Huit sites accueilleront les différentes performances : La Mairie, la Galerie Hedi Turki, le café Amor, le café des Nattes, la maison des Associations, la placette qui surplombe Sidi Chebaâne, la placette du Chergui et enfin, le Saint des Saints, Ennejma Ezzahra.
*L'accès est gratuit pour tous; avez-vous entrepris une action spéciale pour drainer le maximum de public, y compris des touristes?
- L'accès est en effet gratuit mais les gens doivent se déplacer pour venir à Sidi Bou Saïd et ce n'est pas difficile, d’autant  que près de cent mille visiteurs y vont régulièrement en fin de semaine.
* La tenue d'un tel événement dans nos murs redore-t-il l'image de marque de la Tunisie post révolution,  à l’heure où les extrémistes de tous bords sont aux aguets?
  - Il est normal qu'un tel événement, surtout avec  la présence d’éminents poètes de renommée mondiale qui y participent, ait un grand retentissement sur la scène culturelle mondiale et ait des retombées très positives sur l'image de notre chère Tunisie. Quant aux extrémistes qui voudraient  nuire à cette image, je peux vous assurer qu'ils ne sont pas à craindre; ils ont voulu faire du mal à Sidi Bou Saïd en brûlant le mausolée du Patron du village; ils n'ont fait que mobiliser toute la Tunisie contre eux et l'élan de solidarité qui s’en est  suivi , a permis de reconstruire le monument  tout en  restaurant  d'autres monuments. Les extrémistes ont été chassés et ne remettront pas les pieds de sitôt à Sidi Bou Saïd.
 

Propos recueillis par : Sayda BEN ZINEB