Le gouvernement ne tient plus qu'à un fil - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 20 Janvier 2021

Suivez-nous

Jan.
22
2021

Crise politique en Italie

Le gouvernement ne tient plus qu'à un fil

Jeudi 14 Janvier 2021
نسخة للطباعة

Le Temps-Agences-Le gouvernement italien ne tenait plus qu'à un fil hier, à quelques heures d'une conférence de presse de l'ancien président du Conseil Matteo Renzi qui menace de retirer son petit parti centriste de la coalition au pouvoir.

L'ancien président du Conseil s'est exprimé à 17h30 (16h30 GMT), flanqué des deux ministres du gouvernement appartenant à sa formation Italia Viva.

Il n'a pas dévoilé les raisons de cette conférence de presse mais de nombreux observateurs s'attendent à ce que les deux ministres, Teresa Bellanova, chargée de l'Agriculture, et Elena Bonetti (Famille), annoncent leur démission.

Une telle défection plongerait l'Italie dans une nouvelle crise politique en pleine pandémie de coronavirus.

Le soutien parlementaire d'Italia Viva est indispensable à la survie de la coalition dirigée par le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et le Parti démocrate (PD) de centre gauche, qui ont de nouveau exhorté mercredi Matteo Renzi à préserver l'unité du gouvernement.

"Je n'abandonne pas, le PD n'abandonne pas, (le dirigeant du PD Nicola) Zingaretti n'abandonne pas. Nous faisons tout notre possible pour sauver cette coalition", a déclaré Andrea Marcucci, chef du groupe PD au Sénat italien.

Italia Viva, qui a récolté moins de 3% des suffrages lors des dernières élections législatives, est un allié turbulent du gouvernement M5S-PD de Giuseppe Conte depuis sa création en 2019 et les tensions n'ont cessé de s'accentuer ces dernières semaines.

 

La relance en question

Matteo Renzi rejette la répartition des milliards d'euros promis à Rome par le plan de relance de l'Union européenne.

L'ancien chef du gouvernement a réclamé davantage de fonds pour la santé, la culture et les projets d'infrastructure et dénoncé le fait que le "Recovery Plan" soit supervisé par un groupe d'experts non élus, ce qui constitue selon lui une insulte au Parlement.

Le plan adopté mardi soir en conseil des ministres a pris en compte certaines de ces demandes et représente un pas en avant, a concédé Matteo Renzi, qui continue cependant de faire pression sur le gouvernement Conte en lui demandant de solliciter un prêt auprès du Mécanisme européen de stabilité pour aider le secteur de la santé.

Le Mouvement 5 Etoiles, premier parti de la coalition, est toutefois fermement opposé à cette hypothèse, une position que Giuseppe Conte, proche du M5S, a jusqu'ici soutenue.