«Il s'agit de la santé des joueurs !» - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 4 Décembre 2020

Suivez-nous

Dec.
5
2020

Klopp tire une énième fois la sonnette d'alarme :

«Il s'agit de la santé des joueurs !»

Samedi 21 Novembre 2020
نسخة للطباعة

Plus les semaines passent, plus les effectifs sont décimés par les blessures. Particulièrement touché chez les Reds, l'Allemand est monté au créneau.

Au fil des semaines, l'habituel sourire communicatif de Jürgen Klopp est en train de laisser la place à une mine plus marquée, inquiète. Et pour cause, l'entraîneur de Liverpool n'est pas épargné depuis le début de la saison, lui qui doit composer avec une cascade de blessures particulièrement handicapante. Et la trêve internationale n'a rien arrangé...

 "Je ne suis pas un grand fan des trêves internationales. Pour nous, ce n'était pas une trêve réussie. Nous avons perdu des joueurs. Avec Joey (Gomez), c'était à cause de l'intensité de la saison. C'est une chose dont nous devons nous inquiéter. Ce n'est pas une excuse. C'est juste une explication" , a-t-il confié dans un entretien au long cours accordé à l'ancien milieu de terrain des Reds Jamie Redknapp, après avoir aussi perdu son capitaine Jordan Henderson, touché avec les Trois Lions.

"Il semble que le monde entier ait changé (avec le Covid-19), mais les deux choses qui n'ont pas bougé sont le calendrier de la Premier League et les 3 changements. Avant la saison, certaines personnes pensaient que ce serait un avantage pour nous de nous en tenir à la règle des 5 changements. 

Mais la question n'a jamais été d'avoir un avantage. Tous les autres pays l'ont fait. Prenez l'Italie. La Juventus, l'Inter Milan, ils ont les effectifs les plus étoffés, mais les autres clubs ont quand même dit : 'Nous avons besoin de 5 changements' (...) Il ne s'agit pas de moi, ni de Liverpool. Il s'agit de la santé des joueurs" , a ensuite ajouté l'Allemand, entre fatalisme et volonté de faire évoluer les choses.

Plus que jamais, Jürgen Klopp tire la sonnette d'alarme. "On sait que les mois de décembre et janvier, en saison normale, sont éprouvants. Mais cette année, pour les clubs engagés en Ligue des champions et en Ligue Europa, les mois d'octobre et de novembre sont dignes de mois de décembre ou de janvier" , insiste-t-il. 

À ce rythme, il est clair que les organismes, déjà très éprouvés, risquent d'imploser. Inquiétant, d'autant qu'un Euro se profile à la fin de la saison. Avec quels joueurs pour l'enflammer ?