Il y a le feu à la maison! - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 28 Octobre 2020

Suivez-nous

Oct.
28
2020

Le Budget 2021, sous le signe du Covid-19

Il y a le feu à la maison!

Samedi 17 Octobre 2020
نسخة للطباعة

Le Temps-Yosr GUERFEL AKKARI

Le projet du budget 2021 vient d’être déposé à l’ARP. Un budget de tous les défis élaboré dans des circonstances exceptionnelles liées au Covid 19 et ses contrecoups insoutenables sur les indicateurs macroéconomiques. Avec un déficit budgétaire frôlant les 14% du PIB pour l’exercice 2020 contre 3% du PIB estimé avant Covid, « il y a vraiment le feu à la maison ». Mais comment le gouvernement Mechichi va-t-il s’y prendre pour collecter les ressources financières nécessaires pour financer un budget pas comme les autres ?  Va-t-on opter pour un budget austère ou un budget de la démesure ou encore de la relance pour contrer les dépenses frénétiques liées à la pandémie ? La première esquisse du budget 2021 vient de dévoiler les principales orientations du gouvernement de technocrates.

Les prévisions budgétaires pour l’exercice 2020 sont chaotiques, tablant sur un déficit de 14%, soit le déficit le plus élevé, qu’ait enregistré l’économie tunisienne depuis plus de quatre décennies. L’économiste Ridha Chkoundali a fait sur un post facebook un topo sur les principales réalisations du budget 2020. Les chiffres donnent le tournis. Les ressources fiscales sont en baisse de 5,6 milliards de dinars, les ressources d’emprunts et de Trésor ont dépassé les prévisions budgétaires de 10,3 milliards de dinars, les dépenses de gestion et les dépenses salariales ont dépassé le budget alloué, respectivement de 4,1 milliards de dinars et de 0,6 milliard de dinars. L’endettement public a atteint le seuil fatidique de 99 milliards de dinars contre 94 milliards prévus initialement pour atteindre 90% du PIB. Après cette valse des déficits de 2020 comment s’annoncera le budget 2021 ?

 

Allégement de la pression fiscale sur les entreprises 

Le PLF 2021 s’annonce pour le moins très tendu. Selon l’agence TAP, les dispositions du PLF 2021 visent quatre objectifs principaux. Il s’agit de : La poursuite de la réforme fiscale et la modernisation de l’administration ; l’encouragement de l’épargne et le soutien de l’investissement ; le renforcement des ressources du budget et la lutte contre l’évasion fiscale outre la rationalisation des transactions en cash. 

Parmi les dispositions fiscales le PLF prévoit d’unifier l’impôt sur les sociétés en fixant son taux à 18% afin d’alléger la charge fiscale supportée par les entreprises. 

Il propose d’instaurer un régime fiscal spécifique aux petites entreprises individuelles dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas les 100 mille dinars remplaçant ainsi le régime forfaitaire en vigueur. 

« Le PLF 2021 prévoit entre autres d’augmenter les droits de consommation applicables aux boissons alcoolisées. Et ce afin de renforcer les ressources du budget. Il envisage, en outre, d’instaurer une taxe de 100 millimes sur chaque kilo de sucre destiné à la consommation domestique, industrielle ou artisane, vendu par l’Office du commerce de Tunisie ou importé. Le PLF 2021 vise, également, l’optimisation du recouvrement de la taxe due sur le gaz naturel et l’électricité. Il prévoit aussi, de réduire la redevance minière imposée à la CPG, de 10% à 1% afin de favoriser le sauvetage de cette compagnie et d’alléger la charge fiscale supportée par les opérateurs téléphoniques et les fournisseurs de services internet».

Telles sont les principales dispositions fuitées du projet de la LF 2021. Des dispositions loin d’être exceptionnelles dans cette période exceptionnelle. La mobilisation des ressources budgétaires sera un véritable casse-tête pour le gouvernement.

 

 

YGA