Deux millions d'hectares partis en fumée, des quartiers détruits - Le Temps Tunisie
Tunis Lundi 26 Octobre 2020

Suivez-nous

Oct.
27
2020

La côte Ouest des USA ravagée par les feux de forêt

Deux millions d'hectares partis en fumée, des quartiers détruits

Mercredi 16 Septembre 2020
نسخة للطباعة

L'été 2020 restera synonyme de catastrophe pour des milliers d'habitants de la côte ouest américaine. De gigantesques feux de forêt se sont déclarés dans trois Etats de la région, depuis le mois d'août : la Californie, l'Oregon et l'Etat de Washington. Malgré le déploiement de plus de 15 000 pompiers à travers la zone sinistrée, les dégâts sont très importants. Au total, en date d’hier, près de deux millions d'hectares sont déjà partis en fumée sur la côte ouest, provoquant la mort d'au moins 35 personnes.

Face à la menace, les autorités locales n'ont eu d'autre choix que d'ordonner l'évacuation immédiate des populations vivant à proximité des brasiers. Près de 40 000 personnes ont dû quitter leur logement rien que dans l'Oregon. C'est le cas de Dane et Hansel Valentine, un jeune couple qui vit à Estacada, à moins d'une heure de Portland. Après le passage de l'incendie, ils n'ont presque rien retrouvé de leur maison, si ce n'est un tas de cendres. Même constat sinistre pour les habitants de Talent, dans le sud de l'Etat, où des quartiers entiers sont partis en fumée.

 

Les incendies, un enjeu politique

Pour les habitants des zones à risque qui ont pu rester chez eux, les fumées provoquées par ces incendies envahissent le quotidien. "Les feux ont tout affecté, comme la qualité de l'air, c'est horrible", déplore un résident du comté de Fresno, au centre de la Californie. Si les feux de forêt estivaux sont récurrents dans cette région, de nombreux observateurs scientifiques alertent sur leur intensification ces dernières années.

En pleine campagne présidentielle, le démocrate Joe Biden et le républicain Donald Trump s'opposent sur le sujet. Le premier a déclaré que cette catastrophe avait un lien direct avec le changement climatique, alors que le second estime qu'il s'agit d'un simple problème de "gestion forestière". Le président américain, arrivé en Californie, persiste dans son discours climato-sceptique. "Ça finira par se refroidir", a assuré Donald Trump, lundi, lors d'un échange public avec un responsable local de l'agence de protection des ressources naturelles.