Biden en Floride pour stopper "l'hémorragie" - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 4 Décembre 2020

Suivez-nous

Dec.
5
2020

Electorat hispanique aux USA

Biden en Floride pour stopper "l'hémorragie"

Mercredi 16 Septembre 2020
نسخة للطباعة

Joe Biden était attendu hier en Floride, premier déplacement de l'année pour le candidat démocrate dans cet Etat où se jouera en partie l'issue de son duel face à Donald Trump.

A 49 jours de l'élection du 3 novembre, le candidat démocrate va devoir remobiliser la communauté hispanique qui représente un cinquième environ de l'électorat de l'Etat et dont les derniers sondages d'opinion montrent qu'elle semble moins encline à le soutenir.

En 2016, Donald Trump avait gagné la Floride avec 1,2 point de pourcentage d'avance sur Hillary Clinton. Mais la candidate démocrate l'avait largement devancé auprès de l'électorat hispanique, avec 27 points d'avance selon les sondages réalisés à la sortie des urnes.

Quatre ans plus tard, une récente étude NBC News/Marist indique que cet électorat ne semble plus vraiment acquis au candidat démocrate, qui n'y devance Trump que de 4 points dans les intentions de vote.

"A l'évidence, il y a une forme d'hémorragie dans le soutien hispanique, principalement parmi l'immigration cubaine. Les républicains ont beaucoup, beaucoup travaillé et ils sont constamment présents", reconnaît la sénatrice démocrate de Floride, Annette Taddeo, née en Colombie.

La candidature Biden souffre aussi de la puissance des attaques portées contre lui par les équipes de Trump, qui le présentent comme un socialiste. Invité à prendre la parole lors de la convention nationale républicaine le mois dernier, Maximo Alvarez, homme d'affaire floridien né à Cuba, est allé jusqu'à comparer certains pans du programme du candidat démocrate aux promesses de Fidel Castro.

Les militants démocrates de l'Etat font état d'une forte augmentation du nombre de vidéos et de commentaires circulant sur les réseaux sociaux ou échangés par texto et alimentant le "procès en socialisme" de Joe Biden et autres théories du complot visant le Parti démocrate.

"Nous assistons à une campagne de désinformation massive en espagnol ciblant notre communauté, et cela porte ses fruits", dit Evelyn Perez-Verdia, spécialiste des élections et de la communication politique.

D'où l'importance du déplacement de Biden, attendu notamment à Tampa et Kissimmee, deux villes à forte population portoricaine.

Son ex-rival de la primaire, Michael Bloomberg, a annoncé lui qu'il dépenserait 100 millions de dollars en faveur du candidat démocrate dans la seule Floride, avec l'accent mis sur les électeurs latinos.

Dans le camp Trump, on sait l'importance de la Floride - depuis Calvin Coolidge en 1924, aucun candidat républicain n'a été élu à la présidence en ayant perdu le "Sunshine State". Le président sortant a du reste établi l'an dernier sa résidence permanente en Floride.