Nos hôpitaux auront-ils assez de lits de réanimation ? - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 30 Octobre 2020

Suivez-nous

Oct.
30
2020

Recrudescence de l’épidémie du Covid-19 :

Nos hôpitaux auront-ils assez de lits de réanimation ?

Mercredi 16 Septembre 2020
نسخة للطباعة

Le nombre de lits de réanimation, nécessaires pour traiter les patients les plus sévèrement atteints par le Covid-19, a quasiment triplé depuis le début de l’année en cours. Il demeure cependant largement en dessous des besoins dans le cas d’une sévère flambée épidémique. 

Alors que le nombre de contaminations au coronavirus repart à la hausse, la question de la disponibilité des lits de réanimation dans nos hôpitaux est sur toutes les lèvres. Des internautes s’inquiètent depuis quelques jours de la saturation des services de réanimation qui représentent des unités de soins spécialisées ayant pour but de suppléer à une défaillance vitale d’un ou de plusieurs organes de l’organisme. Ces inquiétudes ont grandi suites aux déclarations faites, lundi, par le président de l’Organisation tunisienne des jeunes médecins (OTJM), le Dr. Jed Henchiri, selon lesquelles la principale raison du décès d’un médecin atteint récemment du coronavirus était «l’absence de lit de réanimation à l’hôpital». 

Rejetant les explications du directeur général des structures de santé publique au ministère de la Santé, Mohamed Mokdad, qui a dit que le défunt était arrivé en retard à l’hôpital, le Dr Henchiri a précisé que le médecin malade a été d’abord transféré à l’hôpital Rabta où il n’y avait pas un lit de réanimation libre avant que ses collègues ne lui administrent un traitement avec les moyens disponibles. 

Contacté lundi par Mosaïque FM, le directeur général des structures de santé publique a nié la saturation des unités de réanimation. « Nous sommes très loin la saturation des services réanimation. Jusqu’à vendredi 12 septembre, il y avait 33 lits de réanimation inoccupés parmi les 150 lits affectés au patients contaminés par le Covid-19 », a-t-il précisé. Et d’ajouter : « depuis le mois de janvier 2020, la Tunisie a quasiment triplé le nombre des lits de réanimation disponible dans les établissements publics de santé. Le nombre de ces lits est passé de 160 à environ 450». 

Selon les spécialistes, ce nombre demeure néanmoins largement en dessous des besoins d’un pays de 12 millions d’habitants dans le cas d’une sévère flambée de l’épidémie vu que d’autres catégories de malades comme les victimes des accidents de la route ou les patients ayant subi des opérations chirurgicales délicates ont parfois besoin de lits de réanimation.  

Si la grande majorité des personnes ne nécessiteront pas d'hospitalisation, l'OMS estime qu’environ 20% des personnes contaminées par le coronavirus pourraient voir leur état de santé s'aggraver et nécessiter une prise en charge médicale. 

Traditionnellement, les médecins calculent que le nombre de lits de réanimations disponibles doit être égal à 5% des personnes malades. 

Sachant que la durée médiane de séjour en réanimation est de 11 jours pour les patients Covid-19, la capacité à prendre en charge les malades dans les services de réanimation sera l'un des enjeux majeurs de la lutte contre l'épidémie. En Italie, le nombre élevé de décès liés au coronavirus s’explique notamment par la saturation des services de réanimation.  

Dans ce contexte, des médecins tunisiens ont appelé, dans une déclaration rendu publique, lundi, à appliquer de nouveau le confinement total pendant trois semaines, l’isolement des personnes contaminés dans des centres spécialisés ainsi que l’instauration d’un couvre-feu de 22 heures à 7 heures pour éviter ce que les spécialistes appellent le «seuil critique des contaminations», c’est-à-dire le nombre total de patients infectés au-delà duquel le système de santé sera submergé. 

 

 

W.K.