L’ITES mise sur le numérique - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 27 Octobre 2020

Suivez-nous

Oct.
27
2020

« La Tunisie face au COVID-19 à l’horizon 2025, les préalables d’urgence avant toute relance socio-économique » :

L’ITES mise sur le numérique

Samedi 12 Septembre 2020
نسخة للطباعة

L’Institut Tunisien des Études Stratégiques (ITES) vient de publier  un rapport portant sur  la phase 2 des mesures d’urgence, intitulé : « La Tunisie face au COVID-19 à l’horizon 2025, les préalables d’urgence avant toute relance socio-économique ».  Le document comporte sept parties : réforme du système sanitaire, l’économie, les équilibres sociaux et le contrat social, l’Agriculture et industries agroalimentaires, la transition numérique et digitale, le numérique : Etat et administration et pour terminer, la défense et sécurité nationales. Le rapport est à ce titre édifiant. 

Les auteurs de chaque partie ont bien décortiqué  l’état des lieux actuel, tout en mettant en relief les recommandations et les mesures de relance adéquates.  

Pour la partie relative à la numérique : Etat et administration, le document  souligne que le numérique est capable de transformer simultanément l’Etat et l’administration  vers un changement de paradigme. L’Etat doit être porteur d’une vision économique et sociétale à long terme aboutissant sur un avenir enviable. L’administration est appelée à évoluer et à s’orienter vers une administration au service du citoyen-client avec un usage intelligent des outils numériques. 

 

Pour un recours intelligent au numérique, 

5 recommandations- clés à mettre en place 

A ce propos, l’ITES  propose cinq recommandations- clés à mettre en œuvre en toute urgence. Tout d’abord, il s’agit de numériser tous les services administratifs à destination du citoyen et de l’entreprise avec une approche basée sur les intérêts des usagers et non seulement ceux de l’administration. La 2ème recommandation met en exergue la sécurité des plateformes et les échanges. La  3ème recommandation est liée à la protection des données personnelles. La 4ème recommandation est la plus importante :  astreindre le secteur public à l’obligation de la facture électronique conformément aux textes en vigueur et assurer un suivi des produits stratégiques et compensés. L’objectif est de recourir à la facture électronique pour limiter les déplacements et la manipulation de supports papiers, encourager le recours à la facture électronique par le secteur privé  et introduire plus de transparence et de traçabilité dans les transactions commerciales.   La 5ème recommandation, c’est d’avoir une volonté de haut niveau et une coordination horizontale. 

 

Nécessité de dématérialiser l’agriculture et les industries agroalimentaires …

D’autre part, le secteur de l’agriculture et les industries agroalimentaires  ne peut être occulte. C’est un secteur stratégique pour lequel l’intervention est nécessaire afin d’assurer le bon fonctionnement du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire, renforcer les capacités des agriculteurs et  garantir la sécurité de même que la souveraineté alimentaire. 

Les citoyens de ces localités souffrent d’une pauvreté multidimensionnelle. Certes, ils ont besoin d’un appui urgent afin de leur permettre de survivre aux effets du confinement et de surmonter la crise économique déjà envahissante. 

Parmi les principales orientations stratégiques proposées par les experts de l’ITES, figure l’organisation du système productif agricole et agroalimentaire en filières de production comme stipulé dans la loi d’orientation de l’agriculture depuis 2004. 

Cette loi ordonne la création d’un comité technique présidé par le ministre de l’agriculture et regroupant des représentants des ministères de l’agriculture, du commerce et de l’industrie et un fonds spécifique à chaque filière. En outre, l’institut appelle à un soutien social spécifique et exceptionnel pour les populations rurales vulnérables et les populations en situation de chômage obligatoire, des agriculteurs, pêcheurs et industriels en difficulté. 

Depuis 2011, indique le rapport, la digitalisation a été proposée par plusieurs gouvernements comme étant une solution pour la modernisation de l’administration publique. 

« A ce jour, aucune tentative de digitalisation de l’industrie et plus particulièrement de l’industrie agroalimentaire (branche agricole et industrielle) n’a été enregistrée. Aussi, serait-il indispensable de dématérialiser et digitaliser l’agriculture, de l’activité de pêche et des industries agroalimentaires », insiste l’ITES. 

 

K.A