Un gigantesque incendie au port de Beyrouth - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 4 Mars 2021

Suivez-nous

Mar.
5
2021

Un mois après les explosions du Liban

Un gigantesque incendie au port de Beyrouth

Vendredi 11 Septembre 2020
نسخة للطباعة

Un deuxième drame. Hier, jeudi 10 septembre, un gros incendie s'est déclaré dans un entrepôt situé sur le port de Beyrouth, au Liban. Un nouvel accident qui a semé la panique parmi des Libanais encore sous le choc de l'explosion meurtrière et dévastatrice qui avait traumatisé la capitale il y a plus d'un mois. Sur place, d'épaisses colonnes de fumée noire ont été aperçues. L'incendie a commencé dans un entrepôt où sont stockées de l'huile pour moteur et des roues de voiture, a fait savoir l'armée libanaise dans un communiqué.

Un mois et une semaine après la double explosion du port du Beyrouth qui a fait 192 morts et plus de 6 500 blessés, un gigantesque incendie s’est déclaré au port de la capitale libanaise en tout début d'après-midi hier.

On ne connait toujours pas l’origine de cet incendie qui ravage en ce moment même les entrepôts de la zone franche du port, un secteur durement touché par la catastrophe du 4 août.

Les flammes se sont déclarées dans un hangar où sont stockés des pneus ou des huiles de moteur, des matières hautement inflammables. En quelques minutes, le feu s’est étendu à d’autres entrepôts provoquant un vent de panique parmi les ouvriers. Encore traumatisés par la double explosion du nitrate d’ammonium, les employés ont quitté les lieux en courant dans tous les sens.

Même spectacle dans les rues autour du port où les automobilistes ont fait demi-tour dans un grand désordre pour s’éloigner des lieux à la vue des flammes gigantesques alors qu’un épais nuage de fumée noire enveloppait une partie de Beyrouth.

L’armée libanaise a demandé aux ouvriers d’évacuer le port et aux riverains de ne pas s’approcher du périmètre de l’incendie. La défense civile, les pompiers et des hélicoptères de l’armée sont à l’œuvre pour tenter de maitriser le sinistre. Au moins une personne souffrant d’asphyxie a été prise en charge par la Croix-Rouge.