Plus de 230 tentatives déjouées en six mois - Le Temps Tunisie
Tunis Lundi 30 Novembre 2020

Suivez-nous

Dec.
1
2020

Migration irrégulière :

Plus de 230 tentatives déjouées en six mois

Dimanche 19 Juillet 2020
نسخة للطباعة

LE TEMPS – TAP

L’été et le beau temps sont là, au bonheur de ceux qui veulent « tenter leur chance », pour les voyages de la mort. La situation politique, économique et sociale du pays aidant, les tentatives de migrations clandestines ont quadruplé, au cours du premier semestre 2020, par rapport à l’année précédente, et cela malgré une période de confinement de plus de trois mois qui empêchait de tenter le coup.

Tout cela est le reflet du degré de désespoir des jeunes tunisiens qui ne voient rien arriver à l’horizon. Le pire, encore, est que les parents ne se gênent pas pour impliquer leur progéniture, puisque 12% des personnes arrivés en Italie, grâce à des voyages clandestins.

236 tentatives de migration irrégulière ont été déjouées au premier semestre de l’année en cours contre 62 à la même période de 2019.

Selon les derniers chiffres du Forum Tunisien pour les Droits économiques et sociaux (FTDES) basés sur les communiqués du ministère de l'intérieur et sur les statistiques du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés, 119 tentatives de migration irrégulière ont été déjouées au mois de juin contre 23 à la même période de 2019.

Par ailleurs, ils étaient 3977 migrants à avoir tenté de migrer illégalement au 1er semestre de 2020 contre 961 durant la même période de l’année écoulée. Au moins de juin, 1611 personnes ont tenté de franchir illégalement les frontières.

Plus de la moitié des migrants étaient des Tunisiens (57,84%) contre 42,16% de nationalités étrangères.

Les mêmes chiffres montrent que la majorité des tentatives de migration irrégulière ont été déjouées à Sfax (38,13%). 20,33% de ces tentatives ont été mises à l’échec à Nabeul, 11,86% à Mahdia, 11,44% à Monastir, 7,2% à Tunis et 3,81% à Sousse.

En revanche, 1564 migrants sont parvenus à atteindre les côtes italiennes au premier semestre de l’année en cours contre 596 durant toute l’année de 2019 et 3023 en 2018.

84% des migrants qui sont arrivés en Italie sont des garçons contre 1,75 de filles et environ 12% étaient des enfants accompagnés de leurs parents.

Depuis le mois de janvier jusqu’au 15 avril dernier, 56 vols de rapatriement forcé ont été recensés.

En 2019, le rapatriement forcé d’Italie a concerné 1739 Tunisiens contre 2127 en 2018.