Les fruits confinés d'Elbirou - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 17 Septembre 2020

Suivez-nous

Sep.
18
2020

Arts plastiques

Les fruits confinés d'Elbirou

Dimanche 10 Mai 2020
نسخة للطباعة

 

Poursuivant sa stratégie expérimentale, la galerie Elbirou propose à son public des fruits confinés nés d'un projet collaboratif digital. Plusieurs artistes participent à cette aventure qui se déploie sur les réseaux sociaux et avec pour épicentre la galerie de la ville de Sousse.

 

 

 

 

Ni confits, ni déconfits, les fruits récoltés par la galerie Elbirou sont d'une autre nature. Ils sont riches en vitamines de sens et gorgés de créativité. Ils émanent des ateliers des meilleurs artistes contemporains et sont nés de ces dernières semaines où le confinement a été la règle.

 

Avec Héla Lamine, Mouna Jemal Siala et Mohamed Ben Soltane

 

 

Pour ce projet collaboratif digital, Elbirou est allé à la rencontre d'artistes contemporains dans leurs ateliers, afin d'y découvrir l'intimité de leurs processus créatifs. La galerie a mis à la disposition des artistes une page web pour qu'ils puissent y partager leurs travaux et leurs univers esthétiques. Ces fruits du confinement font ainsi l'objet d'une exposition permanente en évolution constante, qui s'enrichit jour après jour.

A l'initiative de cette performance artistique, Karim Sghaier, animateur d'Elbirou Art Gallery escompte aboutir à une exposition collective rassemblant toutes les oeuvres diffusées sur un mode virtuel. Cette exposition pourrait avoir lieu dans les semaines qui suivront le déconfinement. Elle sera bien sûr accueillie par la galerie qui est devenue à Sousse l'épicentre des activités culturelles liées aux arts plastiques. Plusieurs galeries ont vu le jour à Sousse au fil des décennies mais malgré le volontarisme de leurs promoteurs, elles n'ont pas réussi à s'imposer sur la durée. Elbirou, avec un projet clair et une animation dynamique, semble avoir passé plusieurs caps et désormais, constitue une galerie dont le rayonnement à l'échelle nationale est incontestable.

Pour aboutir à ce positionnement, Karim Sghaier et son équipe ont multiplié les expositions audacieuses et ouvert la voie aux artistes tentés par toutes sortes d'expérimentations. Accrochant les professionnels et le public estudiantin, Elbirou a par ricochet, bénéficié de la vitalité et de la créativité des forces vives de l'art. De fait, il ne s'agit pas ici d'une galerie classique mais bien d'un espace de création et de rencontre artistique. Souvent, les projets qui naissent à Elbirou s'inspirent des lieux et s'adaptent à l'espace qui leur est offert. Misant sur l'expérimentation sous toutes ses formes, cette galerie est non seulement un vecteur de diffusion mais aussi une matrice de création. Depuis trois ans, les oeuvres s'y développent avec en arrière-plan une double dynamique. En premier lieu, les artistes de toute la région trouvent une assise pour la maturation de leurs projets. Ensuite, la présence d'artistes étrangers permet de renforcer les liens entre chercheurs d'or esthétique. 

 

Une exposition de groupe en perspective

 

 

Ces fruits confinés virtuels sont ainsi nés d'un processus pleinement collaboratif. Pour Karim Sghaier, il s'agissait d'aller à la rencontre des artistes dans leurs ateliers. Le but étant de présenter des oeuvres inédites, la démarche est tout à fait claire et n'est pas limitée dans le temps. Elle se poursuivra le temps qu'il faudra sur les réseaux puis se concrétisera de nouveau avec une exposition de groupe lorsque les conditions le permettront. Expliquant le contexte dans lequel est né ce projet, Sghaier écrit: "Cette crise a engendré une croissance vertigineuse de l'activité sur Internet, le télétravail a été encouragé et la digitalisation est en marche. Plusieurs projets artistiques ont été créés ces derniers temps sur Internet. Pour notre part, nous avons voulu non pas présenter des oeuvres déjà réalisées comme cela a été le cas. Nous avons préféré aller à la rencontre d'artistes contemporains tunisiens et internationaux, dans leur atelier, pour découvrir l'intimité de leurs démarches créatives".

Plusieurs artistes ont répondu présent à l'image de Héla Lamine, Mohamed Ben Soltane ou Mouna Jemal Siala. Leurs oeuvres inédites sont visibles au sein de l'espace "Fruits confinés" installé par Elbirou sur les réseaux sociaux. Très vite, le projet a été relayé par plusieurs autres artistes qui, au quotidien, devraient participer à l'initiative et lui donner toujours plus de consistance. En quelques clics, voici les fruits du confinement made in Tunisie. Ils prennent la forme de fruits virtuels et d'attachantes nouvelles créations. Et bientôt celle d'une exposition sur les cimaises de la galerie Elbirou.

 

Hatem BOURIAL