Appel aux institutions bancaires à généraliser le report des échéances - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 29 Mars 2020

Suivez-nous

Mar.
30
2020

L’UGTT commente les mesures de la Présidence du gouvernement :

Appel aux institutions bancaires à généraliser le report des échéances

Mardi 24 Mars 2020
نسخة للطباعة
• « En Tunisie, on ne parle plus de classe moyenne. Cette catégorie, est en voie de disparition », souligne Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’UGTT.

Le respect de la vie des citoyens est la priorité absolue pour le gouvernement. La situation actuelle délicate dans le pays impose des mesures exceptionnelles. Après l’annonce d’une série de mesures par le chef du gouvernement pour apaiser les dégâts socio-économiques, les avis sont unanimes pour saluer cette initiative. Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) vient de déclarer sur le plateau de « Tounes Elyawm » que le paiement des salaires des employés d’entreprises privées dans cette conjoncture difficile n’est pas une faveur de la part des entreprises.

En outre, le responsable indique que la décision de la Présidence du gouvernement qui porte sur la suspension des échéances de crédits pour les salariés dont le salaire ne dépasse pas 1000 dinars, n’est pas tout à fait satisfaisante. Cette mesure devait, selon Taboubi, être généralisée à tous les Tunisiens sans exception : « Les banques doivent respecter les conditions critiques de leurs clients. Tout le monde aujourd’hui avait des crédits bancaires sans exception. Il fallait reporter les échéances de crédits pour tous les Tunisiens».

 

Vers la préparation d’une loi de la justice fiscale

Parallèlement avec la crise de coronavirus, Taboubi souligne que le pouvoir d’achat du citoyen sera de plus en plus touché, surtout que le mois Saint est sur nos portes.  Il réaffirme sa confiance en la Présidence du gouvernement et dans les institutions bancaires pour prendre en considération cette proposition et la généraliser à tous les salariés.

Le responsable ajoute également qu’en Tunisie, on ne parle plus de classe moyenne. Cette classe, selon lui, est en voie de disparition.

En ce qui concerne le sujet de la justice fiscale, M.Taboubi a déclaré qu’il est inconcevable que les salariés assument la part du lion des recettes fiscales. Face à cette situation, le secrétaire général recommande la justice fiscale qui peut mobiliser les ressources pour l’Etat : « Il faut préparer une loi de la justice fiscale ».

Khouloud AMRAOUI