Les moyens sont loin de répondre aux ambitions - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

May.
26
2019

Exportations d'agrumes

Les moyens sont loin de répondre aux ambitions

Dimanche 20 Janvier 2019
نسخة للطباعة

Le Temps - Le gouvernement et ses ministres ne cessent de bombarder les secteurs d’activités, dans tous les domaines, de promesses qu’ils sont loin de pouvoir réaliser, en cette période de crise. Sur sa lancée et multipliant les promesses, le ministre de l’Agriculture qui a le verbe plus facile que les actes, a présenté un plan pour augmenter d’une manière très consistante, les exportations d’agrumes, ce qui n’a pas été cru, par le président de l’UTAP qui suspecte que ces promesses entrent dans le cadre d’une campagne électorale.

 

Au moment où de nombreux secteurs des activités agricoles sont en crise, notamment le lait et ses dérivés, ainsi que les produits avicoles, en plus du domaine des viandes rouges dont les prix ont atteint des sommets inimaginables, le ministre de l’Agriculture, en passage à Béni Khiar, promet monts et merveilles, sans se soucier de la crédibilité de ses promesses
La Tunisie ambitionne de porter ses exportations d'agrumes (oranges, citron, etc...) de 20 mille tonnes (T) actuellement à 50 mille tonnes en 2030.
C'est l'un des objectifs de la stratégie de développement de la filière agrumicole pour 2020-2030, selon le ministre de l'Agriculture, Samir Taieb, qui s'exprimait, à l'occasion de la première Rencontre nationale des agrumes, organisée à Béni Khiar (Nabeul), au siège du Groupement interprofessionnel des fruits (GIF).
Cette stratégie, dont le coût de mise en œuvre est estimé à 54 millions de dinars (MD) et qui sera examinée par un conseil ministériel prévu fin février 2019, vise également à porter la production nationale d'agrumes de 440 mille tonnes, actuellement, à 650 mille tonnes.
Elle prévoit, entre autres actions, le renforcement de la lutte contre les maladies des agrumes, le développement des cultures biologiques et le rajeunissement des plantations.
S’agissant de la transformation des agrumes, la stratégie présentée aux intervenants de la filière, vise à multiplier par 10 les quantités d'agrumes transformées actuellement en Tunisie, soit de 5000 tonnes à 50 000 T en 2030.
"De nouvelles unités de transformation seront créées, à cet effet, dans le cadre du partenariat public privé (PPP) et en encourageant le travail des coopératives agricoles du Cap Bon qui contribuent de 70% de la production nationale".

Un marché d'agrumes au Cap Bon !
D'après un diagnostic réalisé dans le cadre de la stratégie 2020-2030, 70% de la production agrumicole est commercialisée par les circuits locaux de commerce parallèle, d'où la nécessité de créer un marché des agrumes dans la région du Cap Bon.
Au sein du plus grand marché de gros en Tunisie, celui de Bir El Kassâa à Ben Arous, seulement une proportion de 10% de la production agrumicole est commercialisée.
Présent à la première rencontre des agrumes, Abdelmajid Ezzar, président de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (UTAP), a mis en doute les objectifs de l'annonce de la stratégie de développement des agrumes 2020-2030.
D'après lui, les objectifs annoncés sont difficiles à atteindre. "Il est difficile de mobiliser des financements annuels de près de 6 millions de dinars au profit du secteur des agrumes", a-t-il dit, estimant que "l’annonce de cette stratégie pourrait servir à des fins électorales".
Toutes les filières agricoles sont en difficulté non seulement la filière des agrumes, tient à signaler le premier responsable de l'UTAP.
En tant que connaisseur des potentialités de ce secteur et des moyens de l’Etat, Ezzar n’a pas manqué de rappeler le ministre à l’ordre et à ce dernier de tirer les leçons qui s’imposent.