René Trabelsi, un ministre dans le collimateur des médisances - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Jul.
16
2019

Guetté minutieusement

René Trabelsi, un ministre dans le collimateur des médisances

Jeudi 17 Janvier 2019
نسخة للطباعة

Depuis sa nomination à la tête du ministère du Tourisme et de l’Artisanat, le 13 novembre dernier, René Trabelsi se retrouve à nouveau et malgré lui, dans l’œil du cyclone. Dernier rebondissement en date, une lecture erronée de ses déclarations récentes à un journaliste palestinien lors d’une interview donnée pour le compte de l’agence de presse palestinienne Wafa.
 

Le mandat de René Trabelsi, aussi court puisse-t-il être, s’annonce d’ores et déjà intense et jonché de critiques acerbes de tous genres. Et pour cause, déplaisant à certains, sa confession juive fait que tous ses faits et gestes soient épiés, surveillés et guettés au millimètre près.  Avant même d’exercer, le jeune ministre est exposé à toutes sortes d’accusations : sionisme, incompétence, normalisation avec le sionisme, conflit d’intérêt et corruption.
Cette fois-ci, il est dans le collimateur de certains médias tunisiens qui, trop pressés de créer le sacro-saint Buzz, n’ont pas creusé pour avoir la vraie version des faits et ont attaqué, à tort, le ministre René Trabelsi l’accusant d’avoir donné une interview télévisée à une chaîne israélienne.
Sorti de son silence, le ministre a été contraint de s’expliquer afin d’arrêter l’hémorragie verbale et pour que cesse le colportage des canulars. S’adressant à la TAP, il a expliqué que l’interview en question a été accordé à l’agence palestinienne Wafa, à la demande de l’ambassadeur de Palestine à Tunis, Hael Al Fahoum, en marge de la cérémonie de la Khomsa d’Or ayant eu lieu en décembre dernier.
Il a, par ailleurs, précisé que « Cette rencontre a été tournée par une équipe tunisienne pour le compte de la plateforme d’information britannique “SCOPAL”, pour être distribuée aux chaînes britanniques diffusées en langue arabe”.
René Trabelsi a souligné que «la chaîne israélienne a acheté de “SCOPAL”, cette interview et l’a rediffusée, en raison de l’intérêt que les Israéliens accordent à tout ce qui se passe dans les pays du Moyen-Orient».
Dans l’œil du cyclone
Il est vrai que depuis la chute de la dictature, médias et toute nouvelle équipe gouvernementale se regardent en chiens de faïence. Chaque nouveau portefeuille ministériel, chaque personnalité politique occupant un poste au sein d’un nouveau gouvernement est tenue aux aguets. Très souvent la course vers l’information s’est faite au détriment de la vérité.
Il n’en demeure pas moins que le mandat du nouveau ministre du Tourisme et de l’Artisanat, s’annonce le plus contesté. En effet, René Trabelsi est la première personnalité de confession non musulmane à occuper un poste ministériel.
De confession juive, le nouveau ministre est Tunisien. De point de vue constitutionnel, il a le droit d’exercer comme tout citoyen tunisien. Chose que la grande partie de l’opinion publique et de la classe politique ont tendance à omettre.
Un comportement qui en dit long sur le degré de la tolérance religieuse chez le citoyen tunisien et qui remet en question ces slogans que l’on n’arrête pas de brandir sur la Tunisie comme terre d’accueil et de tolérance.
En optant pour un ministre de confession juive, Chahed a suscité une grande polémique et a mis à nu certains vices sociaux brisant par la même occasion cette image-vitrine que l’on veut vendre et sur laquelle il faudrait réellement se pencher : l’éducation effective à la tolérance.

Malek LAKHDHAR