Le syndicat n’écarte pas le recours à la grève générale - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
9
2019

Enseignement de base

Le syndicat n’écarte pas le recours à la grève générale

Mardi 15 Janvier 2019
نسخة للطباعة

•             Une commission administrative sectorielle devrait se tenir avant fin janvier pour programmer une série de protestations

 

La fédération générale de l’enseignement de base envisage de tenir une réunion de sa commission administrative durant la deuxième quinzaine du mois de janvier en vue de programmer une série de protestations contre la non-application d’un accord conclu le 8 mai 2018 avec le ministère de tutelle et prévoyant notamment le recrutement des instituteurs suppléants et la révision à la hausse de certaines indemnités.

Selon des sources bien informées au sein de la fédération rattachée à l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) , la commission administrative devrait décider notamment l’organisation d’un rassemblement de protestation à l’échelle nationale et pourrait même décréter une grève générale.

Le chef du gouvernement avait promis le 4 janvier au secrétaire général de la centrale syndicale de publier les décrets relatifs au recrutement des suppléants et les autres décrets relatifs aux différents points de l’accord du 8 mai 2018 dans le journal officiel de la République tunisienne (JORT). Mais la concrétisation de cette promesse se fait toujours attendre.

L’accord en question prévoit notamment l’intégration des enseignants suppléants qui ont exercé durant la période allant de 2006 et juin 2017 pendant une durée minimale de 5 mois et quinze jours. L’intégration de ces suppléants se fera en trois tranches, en fonction de l’âge et de l’ancienneté du diplôme obtenu : 40% en septembre 2020, 40% en septembre 2021, 20% en septembre 2022.

Les heures de travail des enseignants suppléants ont été d’autre part fixées à 18 heures pour semaine pour les instituteurs ayant le grade de professeur d’écoles primaires et à 25 heures par semaine pour ceux ayant le grade d’instituteur principal.

Les diverses catégories d’instituteurs suppléants bénéficieront d’autre part d’indemnités équivalentes à celles des enseignants suppléants exerçant dans l’enseignement secondaire.

Sur un autre plan, l’accord prévoit des promotions exceptionnelles en faveur des enseignants ayant obtenu les grades de maître d’application et de maître d’application principal en 2015 au grade de professeur d’écoles primaires hors catégorie entre 2019 et 2022. Deux nouveaux grades seront aussi créés : le grade exceptionnel de professeur agrégé d’écoles primaires hors catégorie et le grade exceptionnel de professeur agrégé d’écoles primaires.

L’indemnité des directeurs des écoles sera, par ailleurs, doublée.  Elle passera de 75 à 150 dinars pour les directeurs des écoles disposant de 10 classes ou moins, de 90 à 180 dinars pour ceux qui dirigent des écoles composées de 11 à 14 classes, et de 120 à 240 dinars pour les directeurs chargés de gérer des écoles de 15 classes ou plus.

200 dinars s’ajouteront aussi au montant de la bourse universitaire accordée aux descendants des instituteurs, tandis que les prêts universitaires seront transformés progressivement en bourse d’études.

L’accord prévoit également la poursuite des négociations sur la revalorisation de l’indemnité de la rentrée scolaire et de l’indemnité de la pénibilité ainsi que la prise en considération des années de travail sous contrat dans le calcul de la pension de retraite.

Walid KHEFIFI