Les parades de Jéridi et le but «assassin» de Badri - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Mar.
20
2019

Les «Sang et Or» s’en sortent à bon compte

Les parades de Jéridi et le but «assassin» de Badri

Dimanche 13 Janvier 2019
نسخة للطباعة

L’Espérance ST est parvenue un ramener un précieux point de son safari en Guinée. Il fallait le faire sous un soleil de plomb outre un haut taux d’humidité. Facteurs qui ont incité l’arbitre de la rencontre à arrêter à deux reprises le cours du match pour permettre aux joueurs de se désaltérer.

Ce ne fut pas tout pour une équipe « sang et or » mise devant l’obligation de confirmer son statut d champion d’Afrique. Devant une équipe de Horoya AC qui venait d’infliger un sec 6 à 2 aux Libyens d’Al Nasr de Benghazi sur cette même pelouse du 28 septembre.

Une Espérance hors service !!!

Les «Sang et Or», sans l’apport de Kom suspendu et de Bguir resté à Tunis pour cause  blessure, n’ont pas réalisé le match que l’on attendait d’une équipe fraîchement sacrée du continent en partie pour les raisons citées plus haut.

Pris d’entrée en jeu à la gorge par une équipe guinéenne soutenue par un stade aux trois quarts plein, l’Espérance ST a dû son salut à Rami Jéridi en premier lieu et à Anis Badri ensuite.

Le premier a sorti une remarquable prestation en dépit du but, œuvre de Mandala à la 66ème minute de jeu. Auteur de pas moins de sept parades, il évita à ses co-équipiers une lourde défaite. Le second, remarquablement servi par Blaïli,  remit les pendules à l’heure dans les arrêts de jeu quelques menus secondes avant le coup de sifflet final de l’arbitre soudanais Mohamed Fadhil qui a remplacé au pied levé l’Héthiopien Bamlak Tessema.

Badri : des «confidences» à confirmer

Lequel Badri n’a pas manqué de confier dans sa déclaration d’après-match qu’il est très difficile de jouer dans de semblables conditions. Sauf que mettant  le pied dans le plat, il ajouté qu’il y a eu beaucoup de mauvais choix et trop de défaillances techniques ». Avant de conclure que c’est toujours un bon résultat.

Une déclaration qui reste à confirmer dans la mesure où Anis Badri n’est pas le genre de joueur à douter de la qualité du travail du staff technique de l’équipe professionnelle.

Horoya AC Conakry

Berthé – Manga – Fofana – Achanti – Camara – Mansa  –  Benza  - Baffour – Boniface – Mandela – Yacoubou

Espérance ST

Jéridi – S. Derbali (Mejri) – Ben Mohamed – Dhaouadi – Chemmam – Coulibaly – Chaalali (Rejeïbi) – Meziani (Meskini) – Blaïli –Badri – Khénissi.

 

Rafik BEN ARFA