La chronqiue des arts - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Mar.
19
2019

La chronqiue des arts

La chronqiue des arts

Dimanche 13 Janvier 2019
نسخة للطباعة

Fethi  Zbidi expose sa peinture à Provo (Salt Lake City) aux Etats-Unis,du 4 janvier au 4 février 2019

Un globe-trotter tunisien  en Amérique

Fathi Zbidi reprend son bâton « artistique» de Pèlerin et s’en va au loin, cette fois-ci, du côté de cette Amérique profonde du nord-ouest, du côté de cette ville mormone de Salt Lake City pour montrer ses dernières œuvres produites à Sousse, et qui illustrent sa toute dernière étape à laquelle le peintre est parvenu dans ses recherches picturales. 

Fethi Zbidi est cet artiste originaire de Sousse de ce sahel tunisien, où il a grandi et où il a participé plus tard à accompagner son développement et où il a aussi contribué à l’extension vertigineuse architecturale urbaine et touristique de sa ville natale. Sousse, la ville perle de sa région mais aussi de toutes la Tunisie.

Fethi Zbidi a été formé à l’Ecole des Beaux-arts de Tunis ; école créée en 1930 par les autorités coloniales de l’époque d’avant l’indépendance du pays. Sa formation s’est déroulée entre 1963 et 1968 où il était élève de l’atelier de Jacques Arnaud et il avait comme directeur d’abord Mr Pierre Berjole et Mme Safia Farhat plus tard.

L’étudiant F.Zbidi a continué ses études en Europe à travers des séjours de formation à Paris (Ecole nationale supérieure des Beaux-arts de Paris) (1968-1970) il a effectué également un séjour à Hammer Smith of arts à Londres et ensuite il a terminé ses études par fréquenter l’Académie des arts à Munich jusqu’en 1972.

 Après ses séjours artistiques à l’étranger et après avoir accumulé plusieurs expériences, l’artiste est revenu à Sousse,où il a été très actif dans le domaine de l’architecture d’intérieur ou design d’aménagement. Ses contributions d’aménagement des espaces intérieurs et urbains ont été nombreuses et reconnues pour leur qualité professionnelle mais aussi pour leur grande valeur artistique.

Le penchant de Fethi Zbidi pour l’art et plus particulièrement pour la peinture a été tout de suite évidente, en fait, l’artiste n’a jamais cessé de l’être en optant pour aussi bien l’expression graphique (dessin et esquisses figuratives) que pour la sculpture et la peinture abstraite de tendance moderniste.

Les différentes esquisses de l’artiste ont été déployées au niveau de la réalisation de certains portraits à main levée et pour la représentation de certains sujets mais aussi de certains monuments esquissés en Europe.

Fethi Zbidi n’a pas négligé non plus de s’exprimer en sculpture où il a résolu des problèmes de la tridimensionnalité en optant pour une sculpture favorisant le maintien de la rugosité de la matière sans aller jusqu'à obtenir des surfaces jolies polies et raffinées. Ses interventions minimalistes sur les matières (pierres et bronzes) ont maintenu la concrétude des matériaux exemple à cela sculpture en pierre naturelle (1972) don de l’artiste à l’Institut français de Munich et du buste en bronze de son beau père et de quelques autres travaux de vitrail fort intéressants.

Dessinateur, sculpteur, Fethi Zbidi est aussi essentiellement peintre et peintre jusqu’au bout des ongles. Les œuvres exposées aujourd’hui à Salt Lake City illustrent l’importance que le peintre octroie à sa recherche au niveau de sa démarche plastique.

Les œuvres montrées ici représentent le dernier itinéraire et la dernière station   d’une évolution montrant à chaque fois   de nouvelles combinatoires allant d’un aménagement informel lyrique favorisant une composition abstraite non statique jusqu'à une composition presque monochromatique puissante, en passant par des oppositions discrètes d’ombre et de lumière également  très expressives et qui restent en de ça d’une opposition clair-obscur purement plastique de type classique figuratif.

Les vingt œuvres présentées aujourd’hui à Salt Lake city tout en maintenant la problématique de début de la carrière artistique du peintre, dévoilent une nouvelle approche qui est de moins en moins informelle et qui est de plus en plus élaborée, construite et tissée ,et qui ne laisse plus à l’opposition lumières/ombres de place prépondérante dans un espace de plus en plus rigoriste et puriste .

La lumière discrète se fait rare ou accompagnant les signes graphiques, n’est plus un élément important du paradoxe mais elle existe toujours.

FethiZbidi est devenu peintre de l’absolu.  Il accompagne la virtuosité des sonorités musicales développées par exemple par Ravi Shankar et sa fille Anouchka lorsqu’ ils nous introduisent dans leur musique monocorde répétitive mais très souvent véhémente.

 

Le paradigme, ici, est mystico-musical et les rythmes sont orientaux et les gestes picturaux de FethiZbidi sont aussi limités à leur simple expression et ne disent les choses qu’en raccourci en n’ exprimant que l’essentiel.

Le peintre nous offre ainsi une sortie du chaos de l’informel et nous invite à entrer dans une nouvelle sérénité… presque mystique.

La démarche de Fethi Zbidi n’est pas étrangère au mouvement classique en Tunisie. Cette démarche y a sa place et occupe dans le mouvement des arts plastiques en Tunisie une position très confortable de chercheur-chasseur de l’essentiel et qui ressemble quelque peu à la démarche de Rafik el Kamel avec lequel il a fait ses études à Tunis et à Paris.

Fethi Zbidi plus pratique a choisi, lui, de poursuivre ses recherches professionnelles au niveau des aménagements des espaces urbains et architecturaux. Mais il a maintenu des exigences de l’ordre de la recherche chromatique qui a abouti à cette expression essentialiste du monochromatisme absolu.

 

Houcine Tlili