«De toute façon, Monsieur n’est jamais content» ! - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Mar.
20
2019

La chronique des arts

«De toute façon, Monsieur n’est jamais content» !

Vendredi 11 Janvier 2019
نسخة للطباعة

«De toute façon, Monsieur n’est jamais content !» était une réplique d’une pub pour une barre chocolatée, diffusée sur les chaînes françaises en 1982. Chez nous, pas besoin de pubs pour que «de toute façon, Monsieur n’est jamais content !».

 

On a tellement de «Monsieur n’est jamais content !» dans le domaine de la Culture qu’on n’arrive même plus à les compter. Il y a d’abord les «Monsieur n’est jamais content !» qui se prennent pour des artistes, voire des stars, mais qui, en fait, sont des embryons de pseudos artistes. Ils font du n’importe quoi et quand on ose leur en faire la remarque, ces «Monsieur n’est jamais content !» vous répondent d’un air dédaigneux : «C’est une création !» ou encore «Vous n’y comprenez rien !». A ce moment, si on n’y comprend rien, autant continuer à rien y comprendre que de faire semblant d’y comprendre quelque chose. Car faire semblant d’y comprendre quelque chose, c’est les conforter dans leur bêtise et leur vanité.
Puis, il y a les «Monsieur n’est jamais content !» qui ont quelque chose entre leurs… oreilles : une grosse tête. Leur tête a tellement enflé qu’elle est prête à exploser et que leur cerveau leur joue des tours. Ces «Monsieur n’est jamais content !» en perdent leur modestie et croient que tout leur est dû et permis !
Dommage ! Car, certains d’entre eux ont marqué et marquent encore la Culture en Tunisie. Malheureusement, ils ont atteint un certain degré de la folie des grandeurs, surtout quand ils sont connus et reconnus à l’étranger. Ils n’ont pas encore atteint la sagesse des vrais sages.
Et voilà que ces artistes deviennent, de part leur vanité, des «Monsieur n’est jamais content !».
En juillet 2018, une troupe de théâtre tunisienne a été invitée pour faire l’ouverture du MAPAS, le Marché des Arts Performatifs de Ténériffe (Espagne). Il faut expliquer que ce marché ne prend en charge ni les billets d’avion ni le cachet. Les artistes sont là pour vendre leur produit à des professionnels, des directeurs de festivals, des tourneurs, etc., venus du monde entier. Demander un cachet, c’est comme si un marchand de fruits et légumes demandait à être payé pour vendre ses produits. Si, c’est comparable ! Un artiste et un marchand sont tous les deux dans la… culture ! Le premier est censé nourrir les esprits. Le second les ventres. Et tout le monde sait que ventre affamé n’a point d’oreille, et que, comme le dit un proverbe chinois, «le véritable chemin pour toucher le cœur d'un homme passe par son estomac». Et comme chez nous, on ne fait pas de différence entre le cerveau et le cœur, la déduction est vite faite…
Donc, cette troupe de théâtre tunisienne, menée par un grand metteur en scène, s’est rendue au MAPAS dans l’espoir de décrocher des contrats à l’étranger. Etonnant quand on sait que leur pièce a déjà tournée à l’étranger. Cela fait montre d’un certain égoïsme, d’autant plus que ce metteur en scène peut avoir ce qu’il veut et que tout lui est servi sur un plateau d’argent. Bref ! Ce metteur en scène, qui était déjà un «Monsieur n’est jamais content !» et est devenu un «de toute façon, Monsieur n’est jamais content !», met en cause le MAPAS, prétextant qu’il n’a pas eu de dates après la prestation de sa troupe. Ce qui est faux, puisque d’après ce que nous savons, ce «de toute façon, Monsieur n’est jamais content !» a eu deux dates suite à sa participation au MAPAS. Mais, il n’arrive pas à comprendre que le Marché des Arts Performatifs de Ténériffe n’est pas un tourneur, mais juste un trait-d’union, qu’il propose un espace, et que ce n’est pas à cette organisation de dégotter des dates pour les participants. Il n’est pas un «samsar», un intermédiaire. C’est au chargé de prod. de la troupe de faire les contacts avec les festivals, etc.
Il faut dire aussi que la pièce de ce «de toute façon, Monsieur n’est jamais content !» est un spectacle très lourd : 16 personnes et 8000 euros de cachet, ce n’est pas vraiment donné, et c’est cher payé pour un spectacle qui a déjà tourné…

Zouhour HARBAOUI