Cinq condamnations à mort pour les meurtriers du jeune berger Mabrouk Soltani - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Nov.
14
2019

Crimes terroristes

Cinq condamnations à mort pour les meurtriers du jeune berger Mabrouk Soltani

Jeudi 10 Janvier 2019
نسخة للطباعة

Accusés de meurtre avec préméditations et de crimes terroristes, le terroriste Borhane Boulâabi et quatre autres complices en cavale qui avaient enlevé de force et égorgé de sang-froid le 13 novembre 2015, le jeune berger Mabrouk Soltani, 16 ans, dans la montagne de Mghila, entre Sidi Bouzid et Kasserine, ont été condamnés à mort, hier, tôt le matin, par la chambre criminelle chargée de juger les crimes terroristes au tribunal de première instance de Tunis. Ils appartenaient tous les cinq au groupe terroriste se dénommant « la phalange des soldats du califat » qui se cache dans cette montagne et les montagnes environnantes et n’a cessé depuis de perpétrer des crimes tout aussi atroces.

Le frère de ce même berger, nommé Khalifa Soltani, a subi le même sort. Des éléments de ce groupe terroriste l’ont enlevé et égorgé en juin 2017. Les deux frères avaient été ciblés sous prétexte d’être des indicateurs.

Seul, le terroriste Borhane Boulâabi a comparu en état d’arrestation. Ses quatre autres complices condamnés à mort sont en fuite. Au total, 49 terroristes sont impliqués dans cette affaire, dont 45 en fuite parmi lesquels le terroriste connu sous le surnom Abou Doujana et un autre surnommé Talha.

Suite à son arrestation par des unités de l’armée nationale, le terroriste Borhane Boulâabi avait avoué son crime.

Des peines de prison allant de 16 à 36 ans ont été prononcées à l’encontre des autres accusés en fuite.

 

Service d’information

Sur un autre plan, la chambre a prononcé des peines de prison allant d’un an à 44 ans de prison contre les éléments de la phalange des soldats du Califat chargés du service d’information dans ce groupe, dont Nassim Hafsi qui a écopé de 8 ans de prison ainsi qu’un étudiant en mathématiques nommé Nasreddine Mtiraoui qui avait fourni une assistance logistique sous diverses formes à ce groupe dont l’envoi de médicaments et d’antibiotiques à la demande du commandement de la phalange surnommé Aymen Wahrani, de nationalité algérienne qui a été condamné à 44 ans de prison.

La fiancée de l’étudiant en mathématiques a été condamnée à un an de prison pour n’avoir pas informé les services de sécurité des activités terroristes de son fiancé.

Signalons que selon le dossier de l’affaire, la phalange des soldats du Califat a été constituée par l’Algérien Aymen Wahrani, qui appartenait auparavant au groupe terroriste dit la phalange de Okaba Ibn Nafâa avant de faire scission et de créer sa propre phalange composée de 40 terroristes, sous le nom de phalange des soldats du Califat.

Salah BEN HAMADI