Kairouan: Recharge artificielle des nappes dans le barrage Sidi Saâd - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Apr.
26
2019

Kairouan

Kairouan: Recharge artificielle des nappes dans le barrage Sidi Saâd

Dimanche 16 Décembre 2018
نسخة للطباعة
Kairouan : Recharge artificielle des nappes dans le barrage Sidi Saâd
Le coup d’envoi de l’expérience de recharge artificielle des nappes du barrage Sidi Saâd de près de 10 millions de m3, a été donné officiellement, à Kairouan, a annoncé le secrétaire d’Etat chargé des ressources hydrauliques et de la pêche, Abdallah Rabhi.
Dans une déclaration au correspondant de l’agence TAP, en marge d’une visite de terrain effectué vendredi au gouvernorat de Kairouan pour s’enquérir du projet de l’interconnexion du barrage Sidi Saâd à celui de Houereb sur une distance de 25 km, le responsable a indiqué que cette expérience s’inscrit dans le cadre du programme national de stockage des eaux et de gestion des réserves en eaux. Il s’agit en outre de rationaliser la gestion en période de sècheresse.
Le programme concerne 6 gouvernorats (Ben Arous, Kairouan, Nabeul, Gafsa, Zaghouan et Kasserine), a indiqué le responsable, ajoutant que le gouvernorat de Kairouan a accaparé la part la plus importante de ce programme national visant l’alimentation artificielle des nappes phréatiques de 60 millions de m3 dans les gouvernorats précités.
En ce qui concerne le projet de mobilisation de l’excédent des eaux de l’extrême nord vers le centre, le responsable a fait savoir que la première étude a permis de limiter l’excédent aux alentours de 1 milliards de mètres cubes dont les habitants pourraient en bénéficier, ajoutant que le bureau d’études a démarré la réalisation d’une deuxième qui couvre le volet faisabilité.
Il a précisé que le projet de l’interconnexion du barrage Sidi Saâd à celui de Houereb constitue une partie du projet de drainage de l’excédent des eaux du nord extrême vers le centre. Actuellement les travaux ont avancé à 54% et leur coût s’élève à 30 MD, avec pour première phase, l’alimentation artificielle de la nappe phréatique dans la région, en attendant l’étape de la mobilisation des eaux de l’extrême nord.