La compétition africaine pour se relancer ! - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Nov.
16
2019

ESS – Stade Abidjan (15H)

La compétition africaine pour se relancer !

Samedi 15 Décembre 2018
نسخة للطباعة

Eliminée de la  Ligue africaine des champions, l’ESS  se  retrouve   en  compétition de la Coupe de la CAF, épreuve  qu’elle connait  bien  pour  y avoir  été  sept fois  finaliste et  l’emporté  à  quatre reprises (1995, 1999  ancienne version  et 2006 et  2015). Mias  contrairement  à  ses  précédentes participations, celle-ci  tombe dans  un moment et contexte   particulièrement  tendu. En effet, en butte à une crise depuis  prés de deux  saisons,  le  club  sahélien  éprouve  beaucoup de  difficultés  à  se  redresser  aussi  bien sur le plan  sportif  que  sur  celui du management. C’est  que  la  lutte  s’identifie  à  un règlement  de comptes entre  anciens et actuels  dirigeants. De  fait  les  efforts  de déstabilisation   entrepris  depuis  ont  eu  pour effet  de perturber  la  bonne marche de l’équipe, les  résultats  s’en ressentent, du coup  l’équilibre  est  rompu, et  la rupture  est presque  consommée  entre une partie  du public  et  leur équipe. Premier  constat ? Une instabilité  sur le plan  technique (l’ESS est à  son quatrième  entraineur depuis  le début de l’actuelle saison) et partant des résultats  mitigés. 

 

Restaurer  la  confiance  d’abord

C’est dans  cet  ordre  d’idées que  la  formation  à aligner   aujourd’hui contre le Stade Abidjan devra  se montrer suffisamment  motivée et déterminée  en vue  de tourner la page  et oublier  la  défaite  de Gabés.  Dés  lors  verrons-nous  Krir   reprendre sa place dans  l’équipe pour suppléer  Bediri  mal en point pour avoir  collectionné les  bourdes. Kechrida  et Raddaoui   devraient  occuper les couloirs  en ayant à l’esprit  de porter  leurs  efforts  dans  la zone adverse. L’axe  de la  défense  sera confié  au tandem  Jemel-Bédoui  alors  que l’entrejeu   verra  probablement  le retour de Aouadhi  en attendant celui de Ben Amor  aux  côtés  de Malek Baâyou.  Le compartiment d’attaque  sera  structuré  autour d’un chef d’orchestre  Y Chikhaoui  d’un  animateur  de couloir  Hannachi  et de deux  attaquants  Shaka et  Chermiti.

A-t-elle  le choix ? L’équipe sahélienne  doit  passer le cap  « stadiste ivoirien »    sans  encombres   pour  éviter  de  donner d’autres   arguments  aux détracteurs  de l’actuel  bureau directeur et à Ridha Charfeddine  particulièrement. Visé et  attaqué de partout  l’actuel  président de l’ESS  se doit  par moment  être  moins  conciliant  avec  le groupe.

Formation probable :

Krir, Kechrida, Raddaoui,Bédoui (Ben Aziza), Jemel,  Aouadhi, Baaâyou,  Hannchi, Chikhaoui, Shaka, Chermiti.

Sadok SLIMANE