Un match à six points - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Nov.
14
2019

CSHL - SG

Un match à six points

Mercredi 12 Décembre 2018
نسخة للطباعة

Encore un match à six points mettant aux prises les Banlieusards au second club phare de Gabès la «Staïda» après avoir croisé le fer à Hammam-Lif même la semaine dernière avec la « Zilza»  dans les mêmes conditions ( 1-1). Oui mais en semaine, les deux protagonistes de cet après-midi connurent le même sort : Une défaite à Ben Guerdane(1-0) pour les protégés de Buscher et une autre à Tataouine(2-1) pour les poulains de l’Italien Enrico Fabbro nouvellement intronisé par Ayachi Ajroudi à la tête de la boite avec «éviction» par le truchement d’un huissier notaire  du régional Walid Chattaoui qui n’avait pourtant pas démérité faut-il l’avouer avec quelques coups d’éclat à son actif , mais ça c’est une autre histoire : Victoire contre le CA (1-0), et deux parités contre l’ESS (2-2) et le CAB (1-1).

 

Une hibernation qui n’a que trop duré

Les Hammam-Lifois ont beau présenter un football alléchant, des prestations convaincantes, un volume de jeu appréciable voire  dominer en long et en large leurs vis-à-vis, à l’arrivée ils sont bons avant-derniers du peloton avec l’épée de Damoclès de la relégation suspendue dangereusement  par trop près de leur tête! Une orpheline victoire, autant de parités que de défaites (5+5) ne nourrissent pas son monde et inéluctablement cela  finit par se répercuter négativement sur le capital points ( 8) et par voie de conséquence sur le classement. Le pire des cas dans l’affaire tourne autour ce cette incapacité de remporter la moindre victoire à la maison. Un signe indien qui les poursuit depuis la nuit des temps déjà ( trois ans)! Il est grand temps donc de mettre un terme péremptoire à ce blocage psychologique, fort nocif du reste,  à commencer par cet après-midi en recevant une «Staïda» pas au summum de sa force gagnée par le doute et pataugeant elle même dans les profondeurs.

Avec l’équipe type

Gérard Buscher en fin psychologue avait « senti» que l’affaire tournerait court à Ben Guerdanre pour des raisons faciles à deviner...Il fit reposer de ce fait le plus clair de son effectif en prévision de l’empoignade d’aujourd’hui à la maison. Seule la victoire lui donnerait raison car un partage des points voire une déconvenue compliqueraient dangereusement une situation déjà fort précaire. Le travail spécifique effectué avec les pointes, l’attention accrue apportée à l’animation offensive devraient normalement porter leurs fruits pour peu que chacun prenne ses responsabilités devant les buts et ne s’emmêle pas les pinceaux aux moments fatidiques de conclure.

Second déplacement

de suite

Le calendrier n’a pas été clément avec la « Staïda». Deuxième déplacement en l’espace 72h. L’arrivée controversée au fief «d’El Jara»  en milieu de semaine  de l’Italien fraîchement débarqué à Gabès est jugée par trop courte donc peu propice pour qu’il puisse mettre en place sa stratégie propre à lui. Encore heureux qu’il puisse en ce laps de temps éphémère apprendre l’identité de ses nouveaux protégés!  Delà à déceler les qualités technico-tactiques des uns et des autres cela fait un monde, mais sait-on jamais?

Cadenasser en attendant des jours meilleurs

On voit mal l’Italien opter pour l’attaque à outrance en se découvrant derrière. Ses adjoints lui ayant à coup sûr vanté la fulgurance des contres des points Hammam-Lifoises. S’attendre donc à ce qu’il érige plusieurs  rideaux successifs avec une défense en place ne quittant pas sa zone et un milieu dense ne laissant éventuellement que le remuant Khaled Gharsallaoui devant à l’affût.

Bataille tactique en vue

On assistera probablement à une fine bataille tactique entre le Français prônant l’attaque à outrance et l’Italien réputé à l’instar de ses compatriotes au «caténaccio», à la fermeture de toutes les issues. A qui le dernier? Difficile à dire d’autant que l’avantage du terrain n’entre nullement en ligne de compte pour les raisons citées plus haut...

 

Mohamed Sahbi RAMMAH