• L’Etoile « sombre » devant l’ASG • CAB et CSS : le mano mano se poursuit - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

May.
26
2019

sport

• L’Etoile « sombre » devant l’ASG • CAB et CSS : le mano mano se poursuit

Mardi 11 Décembre 2018
نسخة للطباعة

Encore une journée tronquée car sans le derby de la capitale pour des raisons que l’on connaît. Six rencontres pour le compte de la 11ème journée et un total de 16 buts marqués.

Rien que des victoires dont une en déplacement, celle du Stade Tunisien devant l’ES. Métlaoui et un total de 16 buts marqués. Outre une Etoile SS qui semble avoir perdu une grande partie de son aura.

 

 ESS : 4 points

sur 15 possibles

Ce n’est pas la défaite devant l’AS. Gabès en elle-même, la première de la saison, qui semble préoccupante pour les co-équipiers d’Ammar Jmel mais la manière par le biais de laquelle elle a été concédée. Pourtant, l’Etoile a bien entamé le match ouvrant le score sur penalty, à peine dix minutes après le coup d’envoi. Une courte avance que les joueurs de l’AS. Gabès effacèrent à trois minutes de la pause.

Avant ces deux coups de massue parvenus en l’espace d’une minute aux 64ème et 65ème minutes. 

La « Zliza » qui restait sur une seule victoire a retrouvé de nouvelles ressources depuis sa prise en main par les frères Zouaghi le 13 novembre dernier.

L’Etoile ne fait que péricliter au fil des matches : quatre parités d’affilée et une défaite : 4 points sur 15 possibles.

L’US.Ta encore plus haut

L’autre équipe gabésienne, en l’occurrence la « Staïda », est allée mordre la poussière devant l’étonnante équipe de l’US. Tatouine. Sous les yeux de son entraîneur, l’Italien Enrico Fabbro fraîchement parachuté par le président du Club Ajroudi. A-t-on idée de remercier un Oualid Chettaoui, qui fait du bon travail, à trois jours d’un déplacement aussi insidieux. Un geste qui a sérieusement, c’était visible à l’œil nu, perturbé le mental des joueurs.

Une décision mal venue certes mais qui a contribué à faciliter les trois points récoltés par l’US. Tataouine qui n’et plus qu’à deux points de l’Etoile SS  avec un match en moins à jouer contre le Club Africain à…Tataouine.

Le Stade Tunisien a réalisé l’unique victoire en déplacement.

Trois points ramenés de Redeyef où l’ES. Métlaoui continue à accueillir ses adversaires. Une bouffée d’oxygène pour une équipe bardolaise qui n’a plus gagné depuis sa victoire de la 4ème journée contre le Club Africain : trois défaites et autant de parité. Mais trois pôints synonymes d’une place de gagnée au classement général.

Tout comme l’US. Ben Guerdane qui a finalement renoué avec la victoire après sa mauvaise passe de  quatre journées sans victoire. Le CS. Hammam-lif a fait les frais d’un réveil certes tardif mais qui permet à Nidhal Khiari de bien entamer ses nouvelles fonctions d’entraîneur.

La raison du plus fort

a prévalu

Terminons par le must de la 11ème journée qui a permis au CA. Bizertin et au CS. Sfaxien de tirer profit du report du derby de la capitale pour retrouver le leadership de la ligue 1. Sans le moindre problème ayant eu à débattre avec deux équipes de la seconde moitié du tableau, l’US. Monastir et la JS. Kairouannaise.

Les joueurs de Montassar Louhichi qui continuent à évoluer loin de Bizerte n’ont pratiquement pas rencontrer de problèmes pour remettre à la raison une équipe monastirienne mise à rude épreuve sur le plan mental notamment. A preuve : deux buts concédés, œuvres d’Ounalli dans les vingt premières minutes de la rencontre. Des Monastiriens qui ont continué, malgré tout, à opposer une forte opposition pour finalement concéder leur huitième défaite en 11 matches et consolidé un classement difficile à améliorer dans le cours terme.Un tant soit peu plus difficile a été la victoire du CS. Sfaxien devant une équipe kairouannaise qui a évolué sous les yeux de son nouvel entraîneur Khaled Mouelhi.

Lequel a pris en main l’équipe depuis hier après-midi.

Un penalty controversé accordé aux « Noir et Blanc » a eu raison d’une équipe visiteuse à dix minutes de la pause.

De jeunes Kairouannais qui n’ont pas  à rougir d’une défaite concédée devant d’un des deux leaders de la ligue 1 qui évoluait devant son public.

Rafik BEN ARFA