Les souvenirs des saisons - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 18 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
18
2018

Exposition «Tons d’automne» de Monia Ellouze Zghal à la galerie «Le Damier»

Les souvenirs des saisons

Mercredi 5 Décembre 2018
نسخة للطباعة

C’est à travers trente tableaux de différents formats que l’artiste peintre Monia Ellouze Zghal nous fait découvrir des aspects de son travail plastique dans le cadre d’une exposition personnelle intitulée : « Tons d’automne » qu’elle tient jusqu’au 12 décembre à la galerie d’Art et d’Essai « Le Damier », à Mutuelleville.

Nous y découvrons le talent d’une artiste autodidacte qui a suivi des formations artistiques dans des ateliers de peinture. Cette dernière est sa passion. Elle l’a développée au fil des ans, laissant libre court à sa palette guidée par un désir de création libre. Le titre de l’exposition est emprunté à celui de l’une des œuvres exposées. Monia Ellouze Zghal voudrait, à travers son travail réalisé sous différentes techniques (peinture à l’huile, techniques mixtes, collage et autres dessins à l’encre de Chine), dépasser l’expression picturale classique et attendre de nouveaux paliers d’expression et d’interprétation des êtres et des choses qui l’entourent. C’est aussi une expression qui nait au fil des différents temps de réalisation de l’œuvre. Chacun pourrait ainsi la voir et la lire à sa manière.

Certes, les titres donnés pourraient guider le visiteur lambda, mais ce dernier les verrait peut-être autrement quand l’un ou l’autre des tableaux mis à vue l’inspire. Chaque tableau ne laisse pas indifférent et c’est là le propre de toute réalisation artistique qui doit nécessairement interpeler le regard du visiteur. Et « Si l’automne raconte à la terre les feuilles qu’elle a prêtées à l’été », Monia raconte sur ses toiles l’été qu’elle colore d’automne », écrit admiratif Sylvain Montéléone, maître-plasticien et animateur de la galerie « Le Damier. » L’expression de cette plasticienne est vagabonde.

Elle voudrait fuir le déjà vu, à partir de scènes pourtant anodines. Ses souvenirs d’un passé ineffaçable et sa fascination par la musique et plus particulièrement par le Jazz, sont exprimés dans plus d’un tableau. Les scènes de son enfance se confondent à celles rêvées dans une atmosphère où se révèlent les tons d’automne. Un automne pas du tout triste qui raconte et chante la vie. Les regards, les mouvements, les couleurs et les lumières sont présents pour exprimer cet univers. L’exposition de Monia Ellouze Zghal mérite absolument le déplacement.

Lotfi BEN KHELIFA