Absence de vision et détérioration des services - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 18 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
18
2018

Transports publics

Absence de vision et détérioration des services

Mercredi 5 Décembre 2018
نسخة للطباعة

La détérioration des services de transport public, la corruption et l’absence de gouvernance dans le secteur ont été au centre des interventions des députés qui ont pris la parole lundi soir, dans le cadre de l'examen du budget du ministère de transport.

 

La détérioration des services de transport ferroviaire est "insupportable" d’autant que la SNCFT ne procède pas à la réparation des pannes, a noté le député Adnane Hajji pointant de doigt, la multiplication des accidents, la corruption et les projets de privatisation qui se trament derrière les défaillances.

Le député Abderraouf Chebbi a fait remarquer que des promesses données par le ministère auparavant n'ont pas été tenues à l'instar de la création d'une ligne directe entre Hezoua et la capitale.

Hassouna Nasfi a mis l'accent sur la non exploitation des aéroports régionaux dont celui de Gabés, région privée de plusieurs projets dont une zone logistique.

De son coté, Zouhaier Maghzaoui a souligné l'absence de vision dans la gestion du transport public, la non exploitation de l'aéroport de Tozeur, et les défaillances marquant le transport terrestre, s'interrogeant sur la disposition du gouvernement à développer le transport public et son souci de "préserver la dignité du Tunisien" en lui offrant des services de qualité.

L’ARP avait entamé lundi soir la discussion du projet de budget du ministère des Transports pour l'année 2019, en présence du ministre des Transports, Hichem Ben Ahmed et du secrétaire d'Etat aux Transports, Adel Jarboui.

L’examen du projet de budget se déroule à un moment où le secteur des transports fait face à de nombreux problèmes structurels liés à l'obsolescence de la flotte de divers services de transport et l'offre par le gouvernement d'un ensemble de projets gouvernementaux, y compris le renouvellement de la flotte d'autobus, le développement de ports commerciaux et la création de zones logistiques.

Le budget du ministère du Transport pour l’exercice 2019 a été adopté, hier matin, avec 115 voix pour, 15 voix contre et 5 abstentions.

Le budget de ce département a été fixé à 621,750 millions de dinars (MD), soit une baisse de 2,9%, par rapport au budget 2018. L’enveloppe réservée aux dépenses de gestion s’élève à 471,705 MD, alors que celle consacrée aux dépenses de développement est de l’ordre de 150 MD.