La vitalité de l'orientalisme polonais - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

May.
23
2019

Gros plan sur l'Institut Ibn Khaldoun de Varsovie

La vitalité de l'orientalisme polonais

Dimanche 18 Novembre 2018
نسخة للطباعة

Il existe à Varsovie un institut qui porte le nom d'Ibn Khaldoun. Menant des recherches sur l'histoire maghrébine et orientale, cette institution peut se prévaloir d'une longue tradition et de plusieurs travaux de grande importance

 

La semaine dernière, la troisième édition des prix Ibn Khaldoun a récompensé un institut polonais qui porte le nom de l'historien tunisien. Repéré avec l'appui et les prises de contact effectuées par l'ambassade de Pologne en Tunisie, cet institut se trouve à Varsovie et était représenté à la cérémonie de remise des prix Ibn Khaldoun par l'un de ses nombreux chercheurs.

 

Une longue tradition depuis Lewinski

Président de l'Institut Ibn Khaldoun, Boguslaw R. Zagorski est un spécialiste de la pensée khaldounienne. Venu pour la première fois en Tunisie en 1973, Zagorski avait alors perfectionné son arabe à Bourguiba School. Il travaillait à l'époque à Oran en Algérie et se souvient avoir fait le parcours en quatre jours et deux nuits à la belle étoile. S'exprimant à la réception du prix, le chercheur polonais était sous le coup de l'émotion et du souvenir de sa découverte de la Tunisie.

Ses propos permettront à l'auditoire de découvrir l'institut qu'il dirige et les recherches qui y sont poursuivies. Ainsi, Zagorski évoquera les figures tutélaires de Lewinski et Gelawski qui sont unanimement considérés comme les grandes références de l'orientalisme polonais. Le premier était spécialisé dans les études maghrébines et le second est le premier traducteur du Coran en langue polonaise.

 

Un dictionnaire historique et géographique du Maghreb

Pour sa part, Zagorski a à son actif plusieurs recherches sur la toponymie et a étudié les noms de lieux dans la péninsule arabique pour en analyser la morphologie. S'appuyant sur les récits des géographes et les textes des poètes, Zagorski a aussi effectué des travaux à partir d'Ibn Khaldoun. Par exemple, il a compilé 2200 toponymes arabes du Maghreb qui sont cités par Ibn Khaldoun dans ses œuvres. Cette démarche devrait lui permettre de publier prochainement un dictionnaire historique et géographique du Maghreb qui permettra d'envisager de nouvelles recherches dans ce domaine de spécialisation.

Zagorski a de la sorte éclairé le public présent sur la vitalité des orientalistes polonais et leur longue tradition. Ce faisant, il offrait de mesurer une nouvelle fois les proximités entre nos deux pays dans de nombreux domaines. Notons que la remise des prix Ibn Khaldoun a eu lieu en présence de madame Lidia Milka-Wieczorkiewicz, ambassadeur de Pologne en Tunisie.

 

Hatem BOURIAL