Le Gouverneur de la BCT prospecte auprès des TRE - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
19
2018

Le Gouverneur de la BCT prospecte auprès des TRE

Le Gouverneur de la BCT prospecte auprès des TRE

Mercredi 12 Septembre 2018
نسخة للطباعة
• Vers la création d’un «Fonds d’Investissement de la Diaspora»

La baisse des ressources d’emprunt notamment celles extérieures pousse le gouvernement à chercher d’autres alternatives pour  boucler le budget 2018 et puiser des fonds pour financer le budget de l’Etat pour l’exercice 2019. Et c’est dans ce même cadre que s’inscrit la rencontre organisée récemment entre le Gouverneur de la BCT, Marouane El Abassi et des membres de la diapsora tunisienne.

Repli de l’emprunt extérieur de 1826 MD
L’état proviosire de l’exécution du budget de l’Etat arrêté au mois de juin 2018, fait montre d’un repli de l’emprunt extérieur de 1826 MD au terme du premier semestre de l’année en cours. Le total de l’emprunt extérieur est estimé   à 2071 MD à fin juin 2018 dont 1587,9 mobilisés au titre d’appui au budget de l’Etat.
En effet, tout le monde est conscient  que les indicateurs macroénomiques du pays n’encouragent pas une  moindre sortie sur les places financières internationales. Et en attendant l’émission effective des sukuks islamiques,  toujours renvoyée aux calendes grecques, le Gouverneur de la BCT saisit le  taureau par les cornes et multiplie les initiatives en quête de renflouement des ressources d‘emprunt notamment  en devises.

Le financement participatif en débat
La rencontre de Paris a porté sur la possibilité de lancer un emprunt obligataire auprès des Tunisiens à l’étranger. Les partcipants ont surtout animé la réflexion autour des moyens à même de concrétiser cette idée. « Dans ce sens, l’idée de créer un « Fonds d’Investissement de la Diaspora » a été débattue au même titre que le lancement d’une action de financement participatif (crowdfunding) spécifique aux projets et aux idées de startups innovantes, notamment avec la promulgation du Start-up Act», a fait savoir l’institut d’émission », note un communiqué de la BCT.
Le crowdfunding est par définition  un terme anglais pour désigner un « financement participatif ». Cela signifie qu’un grand nombre de personnes sont appelées  à participer à l’élaboration, en termes économiques et financiers, d’un projet. Il existe plusieurs formes de crowdfunding et ce dernier est réglementé depuis le 1er octobre 2014. « Cette pratique se fait essentiellement par le biais d’internet et a d’ailleurs connu un essor grâce aux réseaux sociaux. Ainsi, ce mode de financement s’inscrit dans un processus de désintermédiation et la contribution peut se faire par des particuliers ou des entreprises, quel que soit le domaine d’activité. Les banques n’étant plus les seules maîtresses des fonds et des capitaux, le projet est à-même d’être réalisé librement. En somme, le crowdfunding est un ensemble de techniques et de méthodes pour « lever des fonds », dans le but de réaliser un projet », explique le site : crowdlending.fr

Digitalisation de la Fiche d’Investissement avant la fin de l’année 2018
La BCT s’engage par ailleurs à accorder des facilités pour les Tunisiens résidants à l’étranger notamment en ce qui concerne l’assouplissement du code des changes. Le Gouverneur de la BCT a souligné que « les efforts déployés par la Banque Centrale, dans les limites de ses prérogatives, pour apporter à court terme, quelques assouplissements dans le code des changes en faveur des TRE, en attendant sa refonte totale prévue pour 2019 et dont l’une des premières réalisations consistera en la digitalisation de la Fiche d’Investissement qui sera opérationnelle avant la fin de l’année 2018 ».
Gouverneur de la BCT s’est engagé « à intégrer les différentes propositions dans la réflexion stratégique entamée au sein de la BCT. Aussi, afin d’entretenir un dialogue avec la Diaspora Tunisienne durant les prochaines semaines et recueillir leurs attentes, contributions et propositions, une équipe de la BCT a été désignée pour activer cette initiative », ajoute le même communiqué.
Tout compte fait la contribution de la diaspora tunisienne dans la mobilisation de fonds et dans la création de la richesse nationale (Produit National Brut) reste toujours de premier plan et un atout non négilgable à secourir un budget à l’affût d’un support vital aussi que préciseuse. Les revenus de travail cumulés ont atteint 2776,5 MD au 31 août 2018 contre 2308,7 MD durant la même période de l’année écoulée.

Yosr GUERFEL AKKARI