Chefs-d’œuvre et films inédits ressuscités - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 12 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
13
2018

4ème édition du « Cinéma au Musée » à Sousse

Chefs-d’œuvre et films inédits ressuscités

Mercredi 12 Septembre 2018
نسخة للطباعة

Les soirées du « Cinéma au Musée » à Sousse reprendront du 13 au 16 septembre 2018 à l’occasion de la quatrième édition de cette manifestation. Cette dernière est organisée par l’Association culturelle Afrique Méditerranée dirigée par Mohamed Challouf, en partenariat avec le CNCI, le soutien de l’Agence de Mise en Valeur du Patrimoine et la Promotion Culturelle, de la délégation régionale des affaires culturelles de Sousse et de l’Institut culturel italien à Tunis.

 

Le septième art se doit d’avoir une place dans un musée archéologique du moins durant quelques jours avec la projection de copies de films restaurés tunisiens ou étrangers soient-ils. Ces œuvres ne manqueront pas d’ailleurs d’attirer l’attention des cinéphiles avertis et du grand public dans la mesure où des chefs-d’œuvre du cinéma mondial sont au programme cette année avec d’autres films retrouvés et inédits. L’ouverture sera d’ailleurs le 13 septembre à 21 heures à l’esplanade du musée de Sousse avec la projection de la version intégrale du film : « Yol » du réalisateur turc Yilmaz Güney qu’il n’avait pu achever, ayant tiré sa révérence peu avant la mise en boite du film et qui a été réalisé par Sérif Goren. Ce film avait reçu la Palme d’Or au festival de Cannes en 1982 avec une copie de travail. Son producteur Donat Keusch sera présent à cette soirée. Le public sera également régalé en cette même soirée avec la projection sous le titre d’« Images retrouvées » des fragments du film « Et pourtant » de Si Hédhili Chaouach qu’il a coréalisé en 1968 avec Alain Midy du Ciné-club de Sousse. La Cinémathèque de Milan a restauré ce qui restait des images de ce film court-métrage de fiction tourné dans les rues de Sousse.  Le lendemain 14 septembre, c’est un hommage au cinéaste tunisien disparu Hédi Ben Khélifa avec la projection de deux parmi ses courts-métrages. Il s’agit de : « Appel, ou la distribution du pain » qu’il avait coréalisé en 1957 avec Cécile Decugis et « Paris, Mai 68 » coréalisé avec Charles Matton. Le cinéaste Hédi Ben Khélifa reste méconnu du public tunisien, car ce dernier ne connait de ses films que le court-métrage : « Sahirtou minhou allayali » (La Visite) du film à sketches : « Fi biled ettararanni » (Au pays de Tararanni) tiré de l’œuvre du romancier tunisien Ali Douagi qui a été tourné en 1969 et qui n’est sorti en salles qu’en 1975 ! Et durant cette même soirée du 14 septembre, le public pourra voir ou revoir dans une version restaurée le long-métrage : « Hyènes » du réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambety, tiré de la pièce de comédie dramatique : « La visite de la vieille dame » de l’auteur suisse allemand Friedrich Dürrenmatt et sélectionné à « Un Certain Regard » à Cannes en 1992. Le 15 septembre, c’est un Ciné-concert qui ouvrira le bal avec la projection en 35mm des courts-métrages comiques : « Charlot dentiste » (USA-1917-13 minutes) et de : « L’enfant terrible » de Guillaume et Ferdinand (Italie-1914-12 minutes.) Le musicien Mohamed Rouatbi sera au piano. Le projecteur sera un vieux projecteur Westrex 35 mm avec lanterne à arc au charbon. « Une expérience exceptionnelle et un voyage dans l’histoire de la projection du cinéma argentique. » En seconde partie de la soirée, c’est le chef-d’œuvre du réalisateur italien Vittorio De Sicca : « Le voleur de bicyclette » en version restaurée qui sera proposé. Un film qui avait reçu l’Oscar du meilleur film étranger en 1949.  Enfin, le 16 septembre et grâce à d’autres « images retrouvées », c’est le court-métrage : « Les enfants de Sousse » du belge Hugo Brolle (Dimitri Balachof) et datant de 1968 qui sera projeté. Il a été numérisé gracieusement par la Cinémathèque Royale de Belgique qui en conserve la copie originale en 16mm. Cette projection sera suivie par celle d’« AL Massir »  (Le Destin), en version restaurée. Un long-métrage de fiction réalisée en 1997 par Youssef Chahine. Du pain sur la planche pour tous les cinéphiles !

Lotfi BEN KHELIFA