La fête du couscous sucré et du methred - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 20 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
20
2018

Célébration spécifique à Nabeul

La fête du couscous sucré et du methred

Mercredi 12 Septembre 2018
نسخة للطباعة

Le nouvel an de l’Hégire se fête à Nabeul  avec le couscous doré et sucré, symbole de baraka et de bon augure. Les ménagères en savent quelque chose, elles qui s’affairent devant leurs fourneaux conjuguant toutes les recettes afin de réussir au mieux le rendez-vous annuel devenu depuis fort longtemps le rituel des rencontres familiales.
 

 

Ras El Am est une occasion propice pour perpétuer les traditions culinaires propres à ce jour et qui sont respectueusement observées. Mais  à la veille de cette fête, les familles nabeuliennes  préparent la mloukhiya. Ce plat se prépare en utilisant la poudre de corète. Cette couleur exprime la chance et l’espoir pour les Tunisiens.
La mloukhiya symbolise ainsi la fertilité et le bonheur. Ce plat assez long à préparer est très apprécié par son onctuosité, dégage une odeur très particulière et il ne finit jamais. Le mardi est réservé au couscous sucré, préparé à cette occasion. «C’est un vrai régal pour nous. Traditionnellement, nous célébrons cette fête en famille autour d'un repas copieux à base de  viande séchée. Cette célébration vise surtout à sensibiliser la nouvelle génération sur l'importance de leur identité, de leur culture et de leurs traditions »  indiqué Linda.
Ce couscous, nous explique Mme Zohra Ben Brahem, est préparé avec de la viande séchée au «quadid» de l'Aïd et les andouillettes sèches et épicées (ousbènechayeh). Cette viande séchée au quadid est faite avec l'épaule droite du mouton sacrifié le jour de l'Aïd El Kébir. Cette épaule séchée, poivrée et enduite de plusieurs autres épices, est mise à sécher en vue de cette prochaine préparation.
Ce couscous sucré est présenté dans un «methred». Les enfants, ajoute Mme Zohra, reçoivent un methred de fruits secs, de dattes, d'œufs durs, de bonbons, d'amandes, de morceaux de sucre et il est garni au centre par une statuette de sucre moulée et colorée représentant des animaux (coq, gazelle, lion), ou des personnages (poupée, cavalier). Ces traditions culinaires restent encore «vivantes» à Nabeul. Mais à quel prix !
La  star du moment est la fameuse poupée de sucre. Il suffit de sillonner les avenues de Nabeul  pour découvrir cette ambiance particulière du Ras El Am. Des dizaines d'étalages exposent une série de sucreries et surtout des poupées et des chevaux en sucre, aux couleurs vives, qui essaient de retrouver leur gloire d'antan face à la concurrence des poupées au chocolat. C'est une tradition purement nabeulienne. Le cheval est offert aux garçons et la poupée aux filles.
Une symbolique bien claire. L'événement ne laisse personne indifférent. Mais on ne peut se passer de cette fête très attendu par nos enfants qui, reçoivent, à cette occasion un methred de fruits secs, de dattes, d'œufs durs, de bonbons, d'amandes, de morceaux de sucre et garni au centre par une statuette de sucre.

Kamel BOUAOUINA