Voyage dans l’univers et l’histoire du cinéma allemand - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 14 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
15
2018

« Filmklub » au Goethe Institut de Tunis

Voyage dans l’univers et l’histoire du cinéma allemand

Mardi 11 Septembre 2018
نسخة للطباعة

Après avoir démarré en nocturne le 1er septembre 2018 au jardin du Goethe Institut de Tunis avec un Ciné-concert et la projection du film muet : « De l’aube, à minuit »de Karlheinz Martin, (1920-65 minutes) sur une musique en live d’Ahmed Ajabi, la programmation « FilmKlub », organisée par le Goethe Institut et dédiée au cinéma allemand se poursuivra dans d’autres espaces à Tunis, au Kef et Djerba jusqu’à la fin du mois de septembre 2018.

 

Ce cycle a démarré en janvier 2018. Il gratifiera les cinéphiles le 11 septembre à 19 heures 30 au Ciné-Mad’ Art- Carthage d’une projection du film : « Yella » de Christian Petzold, en partenariat avec le Ciné-Club « Cinéfils » à Mad’Art. Le film, un thriller et un drame de 89 minutes, date de 2007. Son actrice principale Nina Hoss a obtenu l’Ours d’argent de la meilleure interprétation la même année au festival de Berlin « La Berlinale. » Il s’agit de l’histoire d’une jeune femme qui a raté son mariage et qui quitte sa petite province d’Allemagne de l’Est pour refaire sa vie à Hanovre. Le 15 septembre à 18 heures et à la maison de la culture Farid Ghazi, à Djerba, en partenariat avec le Ciné-club Lotos, c’est le film : « Le secret de Veronika Voss » qui sera proposé. Un drame et un essai cinématographique de 109 minutes datant de 1982 de Rainer Werner Fassbinder. Il s’agit de l’un des films de la trilogie de ce réalisateur qui suit trois destins de trois femmes : Maria, Veronika et Lola dans l’ex-Allemagne fédérale des années 50.Veronika est une ancienne star du cinéma allemand. Elle  sombre dans l’alcoolisme et la drogue pour oublier ses succès passés. Le reporter Robert Krohn découvre que la mystérieuse doctoresse qui soigne Veronika se livre à d’étranges activités. Quant au 19 septembre, à 19 heures 30 à Ciné-Mad’Art, c’est le film : « Vidéogrammes d’une révolution », un documentaire de 117 minutes et datant de 1992 de HarunFarocki et Christian Petzold qui sera projeté.Il retrace la révolution roumaine de 1989 à travers des images d’archives se situant entre le 21 décembre 1989, le dernier discours de Ceausescu et le 26 décembre 1989, le premier reportage télévisé de son procès.

Des films encore  et encore

Le 22 septembre à 18 heures, retour à la maison de la culture Farid Ghazi et la projection du film : « Lola, une femme allemande » de Fassbinder. Un film de 1981 d’une durée de 115 minutes. La fable dit qu’en 1957, Von Bohm est nommé directeur des travaux publics dans une petite ville de l’ex-RFA Il s’oppose rapidement à Schuckert, un individu louche et cynique spécialisé dans la spéculation immobilière. Entre eux se trouve une femme : Lola. Quant au 25 septembre et à 19 heures 30 au « CinéMad’Art », à Dermech, c’est « Barbara » de Christian Petzold qui y sera projeté. Ce drame réalisé en 2012 d’une durée de 105 minutes raconte une histoire qui se déroule en 1980 un peu moins de dix ans avant la chute du mur de Berlin. Barbara Wolff, chirurgien-pédiatre arrêtée pour subversion après avoir déposé une demande d’émigration se retrouve contrainte d’abandonner ses fonctions d’un prestigieux hôpital de la capitale Berlin Est. Elle guette toujours une opportunité pour quitter la RDA, comptant sur l’aide de son amant habitant Dusseldorf en Allemagne de l’Ouest. Mais la STASI (ministère de la sécurité d’Etat) fait preuve d’une extrême vigilance. Ce film a reçu un Ours d’argent pour la meilleure mise en scène au festival de Berlin en 2012. Et on reviendra à Djerba et au même lieu, à savoir la maison de la culture Farid Ghazi, où on bouclera la boucle de la trilogie de Fassbinder avec la projection du drame/Mélodrame : « Le mariage de Maria Braun » le 29 septembre à 18 heures. Maria et Hermann ont connu un bonheur éphémère durant la guerre. Maria, devenue entraîneuse, se raccroche à la pensée de l’être aimé et lorsqu’il réapparait, elle tue son amant et Hermann s’accuse du meurtre. Enfin et le même jour, soit le 29 septembre à 14 heures au Théâtre de poche du Kef sera projeté en partenariat avec Act du Kef : « M le maudit » de Fritz Lang. Un drame et un film à énigme de 1931 et d’une durée de 118 minutes. Et dans le film, toute la presse ne parle que de ça : le maniaque tueur d’enfants et qui terrorise la ville depuis quelque temps, vient de faire une nouvelle victime. Chargé de l’enquête, le commissaire Lohman multiplie les rafles dans les bas-fonds. Et gênée par cette agitation, la pègre décide de retrouver elle-même le criminel. Elle charge ainsi les mendiants et les clochards de surveiller chaque coin de rue. Avis aux cinéphiles.

 

Lotfi BEN KHELIFA