République bananière? - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 23 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
24
2018

Chronique

République bananière?

Samedi 8 Septembre 2018
نسخة للطباعة

C’est la dernière…  Un ministre de l’Etat Tunisien qui se fait prendre en photo, en se fendant la pêche qui plus est, avec le portrait de l’héritier du trône saoudien, cela  détonne plutôt dans le paysage. Manière de remercier le « généreux donateur » ? Haut-le-cœur et compagnie, assurément, car il est indéniable que lorsque l’on porte un costume de commis d’Etat, l’on doit impérativement en intégrer la dignité.
Cette fameuse notion de « dignité » dont parle Kazuo Ishiguro dans ses «Vestiges du jour», et qui devrait être applicable à tout, et en toutes circonstances, sans quoi, tout serait revêtu de l’habit de fatuité et de frivolité, alors que l’on ne badine pas avec les symboles de l’Etat. C’est une question de posture. Et l’on imagine mal que ce «fâcheux incident», ait pu se produire à l’époque du président Bourguiba, qui savait en imposer, et pas seulement en matière de respect.
C’est bien dommage… Est-ce que le ministre de l’Equipement, puisque c’est de lui qu’il s’agit, avait pleinement conscience de son geste, en l’accomplissant, ce n’est pas sûr. Mais si c’est effectivement le cas, c’est plutôt gravissime. Moins grave que la corruption, certes, moins conséquent que l’incompétence avérée, cela est sûr, mais gravissime quand même dans la mesure où cela renvoie, une image vraiment caricaturale de notre pays, réduit, ce faisant, au rang d’une République bananière à la traîne de tout, et qui vivrait des subsides, concédés par ses « altesses sérénissimes » de l’Arabie Saoudite, notamment, ce qui obligerait nos ministres à user de force courbettes, et autres pitreries, pour satisfaire leurs « majestés ».
Non, ce n’est pas notre Tunisie, et ce n’est pas d’une «distorsion» de la vision non plus qu’il s’agit, mais d’un dévoiement des valeurs générales, qui fait que l’on aboutisse aujourd’hui, à cet état de fait. Déplorable !

Samia HARRAR