Rentrée littéraire 2018 - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 21 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
21
2018

livre

Rentrée littéraire 2018

Jeudi 6 Septembre 2018
نسخة للطباعة

Les littératures venant du monde noir occuperont une place privilégiée dans cette rentrée littéraire. Voici quelques incontournables qui feront le bonheur des littératures issues de l'Afrique, la Caraïbe et des Amériques noires.

Avec une quarantaine de nouveaux titres, le monde noir d'Afrique, des Antilles et d'Amérique ne passera pas inaperçu en ce moment de rentrée littéraire. Parmi les têtes d'affiche cette année, le Franco-Congolais Alain Mabanckou, le Sud-Africain JM. Coetzee, l'Egyptien Alaa El Aswany ou encore la Britannique de père Jamaïcain Zadie Smith et les Algériens Boualem Sansal et Yasmina Khadra, qui reviennent sur le devant de la scène avec des récits forts, émouvants et en prise avec les violences et les dysfonctionnements de nos sociétés mondialisées. Mais ce sont les primo-romanciers qui risquent de faire l'événement cette année avec leurs textes de grande qualité, prometteurs d'un avenir fécond. Cette rentrée littéraire compte aussi des essais, des mémoires remarquables par quelques-unes des grandes  plumes du monde noir telles que Ta-Nehisi Coates, Souleymane Bachir Diagne, Henri Lopes, Dany Laferrière.

Le Mabanckou nouveau est arrivé !

 

Alain Mabanckou est une des têtes d’affiche de cette rentrée littéraire 2018. Tous les médias se l’arrachent, réclamant l’interview de la star en exclusivité. Il faut dire que Les cigognes sont immortelles, ce nouveau roman sous la plume d’un des auteurs les plus en vue des lettres africaines, est un modèle de perfection avec son écriture à la fois maîtrisée et ambitieuse. L’auteur de Black Bazar et de Verre cassé entraîne ses lecteurs dans le tohu-bohu de Pointe-Noire, ville du Congo-Brazzaville dont il est originaire. A travers la grille de lecture d’un narrateur adolescent au regard naïf, le roman restitue le tohu-bohu de l’Afrique post-coloniale où les grandes puissances tirent les ficelles de la vie politique et dont la violence ne manque pas de bouleverser la vie des petites gens.

A la fois récit d’apprentissage et récit historico-politique, ce roman marque peut-être un tournant dans la carrière déjà très riche de son auteur Franco-Congolais qui veut donner désormais à son œuvre une orientation plus engagée. « Je ressens le besoin de dire ce qu’est mon continent et comprendre pourquoi il va à la dérive  », déclare-t-il dans une vidéo de présentation de son nouvel opus.

Les cigognes sont immortelles, par Alain Mabanckou. Editions du Seuil, 301 pages, 19,50 euros. Parution le 16 août 2018.