La démocratie n'aurait plus la côte en Tunisie... - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 21 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
21
2018

Un sondage lance un cri d’alarme

La démocratie n'aurait plus la côte en Tunisie...

Jeudi 6 Septembre 2018
نسخة للطباعة

Selon les résultats de l'enquête Afro-baromètre, le soutien populaire à la démocratie en Tunisie serait en train de se réduire comme peau de chagrin. De plus, les Tunisiens seraient mécontents de la situation actuelle du pays et pessimistes pour son avenir...

 

Les résultats de l'enquête Afro-baromètre ont été rendus publics il y a deux jours, se focalisant sur la démocratie et la gouvernance en Tunisie. On apprend ainsi que le nombre de citoyens estimant que la Tunisie n'est pas une vraie démocratie a quasiment doublé depuis 2015, même s'ils concèdent en majorité que de grands pas dans cette direction ont été effectués depuis la révolution de 2011.

De même, 72% des Tunisiens seraient largement insatisfaits de la situation actuelle, notamment économique et seraient grandement inquiets pour les années à venir. Autre indicateur clé, les citoyens ne portent pas l'actuel gouvernement dans leurs cœurs et estiment que son rendement est insuffisant face aux problématiques majeures du pays, à savoir la gestion de l'économie nationale, la création d'emplois et la lutte contre la corruption.

Pourtant, Youssef Chahed, aujourd'hui plus que jamais sur la sellette, a fait de ce dernier axe son cheval de bataille et c'est en usant de cet argument qu'il a récemment provoqué un séisme politique en limogeant le ministre de l'Energie, des Mines et des Energies renouvelables ainsi que d'autres hauts officiels de ce secteur ô combien sensible. Et c'est ainsi qu'il a offert une occasion en or à ses détracteurs pour demander, avec encore plus d'instance, son départ ainsi que celui de son gouvernement et l'arrivée d'un nouveau chef « plus consensuel ».

Concernant les dernières élections municipales et toujours selon l'enquête Afro-baromètre, 57% des personnes interrogées ont affirmé n'avoir été que peu ou pas du tout intéressées par cette échéance électorale.

Autre indicateur plus préoccupant encore, la confiance des citoyens envers l'ISIE (Instance Supérieure Indépendante des Elections) a régressé de 18 points de pourcentage par rapport à 2015. Comment non quand cette Instance connait depuis des mois et des mois des problèmes sans fin et ne sait plus sur quel pied danser. Sans vrai capitaine au gouvernail, le bateau tangue et la confiance des citoyens s'effrite. Logique !

Les inquiétudes se font en effet de plus en plus vives face à cette situation à l'approche de l'année 2019 durant laquelle devraient, normalement, avoir lieu, les prochaines élections en Tunisie. Y parviendra-t-on à temps ? Les deux «frères ennemis» en profiteront-ils pour retarder cette échéance ? Attendons de voir...

Rym BENAROUS