Youssef Chahed, la fin des haricots? - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 11 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
13
2018

Chronique

Youssef Chahed, la fin des haricots?

Mercredi 5 Septembre 2018
نسخة للطباعة

La route de soie filera, ou pas, du mauvais coton pour un chef du gouvernement, aujourd’hui isolé plus qu’à son compte, c’est la question que tout le monde est en train de se poser, en pariant sur une éventualité, et du bout des lèvres, sur son contraire, dans ce qui pourrait, fort bien, s’apparenter  à une fin de course en solitaire, dont il est à prévoir qu’elle finisse, droit dans le mur, sans qu’il soit assuré que le choc en soit amorti, histoire d’assurer une sortie, qui serait, du moins en apparence, « soft » et tranquille, pour éviter les débordements inutiles. Et forcément, contreproductifs.

Pour autant, et ce qui s’avère intéressant dans ce cas de figure,  c’est de constater encore une fois, qu’en politique, et particulièrement en politique, l’on est, au final, surtout lâché par ceux qui vous auront le plus plébiscité un jour, sachant qu’ils n’auront aucun scrupule à vous tourner le dos, sans l’ombre d’une hésitation, sitôt amorcé votre pente raide, qui débouchera, à moins d’un miracle, sur un désert sans fin.

Et dans le désert, rares sont les voyageurs magnanimes, qui, vous croisant en chemin, vous tendront spontanément une cruche d’eau pour vous sauver d’une mort certaine, sans autre pensée que d’aider leur prochain.

Par contre, ils n’hésiteront pas à vous délester de votre timbale, sitôt que vous auriez baissé votre garde, combien même ils seraient en mesure de joindre le plus proche point d’eau dans ce désert, où par contre, vous n’auriez pas vos repères.

Façon de vous rappeler si besoin est, qu’il faudra tâcher d’être toujours du bon côté du manche, lorsque l’on est dans la sphère du pouvoir, la balayette étant prompte de chasser tout ce qui tomberait par terre, sans faire l’effort de vérifier s’il s’agit de la boue ou de l’or. Comme on fait son lit on se couche, ça sent son populo mais ça a le mérite d’être parlant…

                                        Samia HARRAR