Les 4/5èmes des Tunisiens pessimistes - Le Temps Tunisie
Tunis Samedi 22 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
22
2018

Démocratie, gouvernance et économie

Les 4/5èmes des Tunisiens pessimistes

Mardi 4 Septembre 2018
نسخة للطباعة

"Près de huit Tunisiens sur dix (79%) estiment que le pays est sur la mauvaise voie et 72% qualifient la situation économique de mauvaise ou de très mauvaise", a souligné, lundi, Youssef Meddeb, fondateur et Directeur général de l’Institut de sondage One to One for Research and Polling.

 

Présentant, les résultats de la troisième vague de l’Afro-baromètre sur la démocratie et la gouvernance en Tunisie, l’intervenant a précisé que le sondage a été effectué entre le 1er avril et le 5 mai 2018 sur un échantillon représentatif de la population composé de 1200 personnes, âgées de 18 ans et plus. Ces individus sont issus des milieux urbain et rural des 24 gouvernorats du pays, a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse à Tunis.
Meddeb a signalé que comparativement aux vagues de l’Afro-baromètre réalisées sur la Tunisie en 2013 et 2015, le soutien populaire au système démocratique a nettement baissé passant de 71% en 2013 à 46% en 2018.
Ainsi les résultats du sondage montrent que 62% des Tunisiens estiment que la Tunisie n’est pas un pays démocratique ou un pays démocratique qui connait des difficultés cruciales. 29% des interviewés ont classé la Tunisie comme un pays non-démocratique alors que ce taux était de 14% en 2015.
En 2013, 71% des Tunisiens préféraient la démocratie comme un système de gouvernance et 78% rejetaient le régime de la dictature. En 2018, ces taux sont passés successivement à 46% et 51%.
Près de 51% des citoyens se sont dits insatisfaits du processus démocratique en Tunisie mais 64% soutiennent toujours l’option électorale pour le choix de leurs dirigeants.
Toutefois, les résultats ont montré que 57% des citoyens n’étaient pas intéressés par les élections municipales et 84% n’avaient aucune information à propos de cette échéance.
Les mêmes résultats ont révélé une baisse de confiance en l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) puisqu’en 2015, trois personnes sur dix ont déclaré avoir totalement confiance en l’ISIE alors qu’en 2018 ce taux est de 16%.
S’agissant de la perception du niveau des libertés, entre 45 et 55% des Tunisiens estiment qu’il y a une amélioration à tous les niveaux (pluralisme politique (55%), liberté de la presse et critique du gouvernement (50%), libre opinion politique (47%), liberté d’adhésion aux mouvements politiques 45%).
Il ressort également du sondage que 58% des Tunisiens soutiennent la redevabilité du gouvernement alors que seulement 41% approuvent le pluralisme politique.
Evoquant les trois premiers problèmes auxquels est confronté le pays, les personnes interviewées ont cité en premier lieu la gestion de l’économie 58%, le chômage en second lieu 37% et la corruption en troisième lieu 22%.
Selon Youssef Meddeb, l’évaluation négative du rendement du gouvernement persiste notamment dans la résolution des trois principaux problèmes majeurs évoqués (la gestion de la situation économique 68%, la création d’emplois 80% et la lutte contre la corruption 65%).