Programme associatif de sensibilisation à la culture de la sécurité - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 11 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
13
2018

Protection des élèves contre les comportements à risque

Programme associatif de sensibilisation à la culture de la sécurité

Dimanche 2 Septembre 2018
نسخة للطباعة

Coïncidant avec la nouvelle année scolaire, un ambitieux programme associatif destiné à instaurer la culture et le sens de la sécurité chez les enfants et les élèves dans les établissements éducatifs et chez les jeunes générations en général a été lancé, samedi 1er septembre, à l’initiative de l’association Afak de la sûreté interne et des douanes, de concert avec d’autres partenaires dont le ministère de l’Education.

Une conférence a été organisée à cette occasion par les auteurs du programme.

Les nombreux spécialistes invités à l’animer ont mis l’accent sur la pertinence de l’initiative, mais comme l’a noté un des nombreux participants, l’idée est bonne tandis que la tâche est difficile, car, selon les communications faites à ce sujet, nos enfants et nos élèves sont pratiquement incultes dans ce domaine de sorte qu’il va falloir tout bâtir en commençant par le commencement.

Matière enseignée

en Allemagne

Le but du programme est de sensibiliser le public ciblé des élèves et des jeunes générations en général, par divers moyens et supports didactiques, à l’importance de la culture de la sécurité et de la coopération avec les services de sécurité en la matière afin de lutter contre la criminalité rampante dans les écoles et à l’encontre des enfants et des élèves, ainsi que chez les enfants et les élèves. D’après des chiffres avancés par un conférencier, les comportements à risque guettent annuellement quelques 22 mille enfants et adolescents, c’est-à-dire des élèves.

Dans ce contexte, les spécialistes ont signalé plusieurs facteurs qui rendent la tâche difficile et sur lesquels il faudra travailler, en priorité, dont l’ancrage de l’individualisme dans la société tunisienne, l’effondrement des valeurs familiales et sociales, la démission des parents. Or, la culture de la sécurité implique l’engagement en faveur d’une action collective au service de l’instauration de la sécurité, et une nouvelle vision de la relation entre la police et les citoyens fondée sur le respect mutuel, un sens civique  élevé, le respect de la loi et son application avec le respect des droits de l’homme.

L’accent a été mis sur le rôle dévolu, dans ce domaine, à la société civile à travers les ONG et aux structures publiques de proximité comme les municipalités, les maisons de culture, les maisons de jeunes et espaces similaires.

Autant la culture de sécurité permet à l’enfant et à l’élève de se prémunir contre les comportements à risque, autant, elle l’incite à participer activement à l’instauration de la sécurité publique au profit de tous, ont notamment affirmé les conférenciers.

Salah BEN HAMADI