Fruit fort prisé pour ces vertus thérapeutiques! - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 20 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
21
2018

Figue de barbarie «El Hendi» et ses bienfaits

Fruit fort prisé pour ces vertus thérapeutiques!

Vendredi 31 Août 2018
نسخة للطباعة

«El Hendi» ou la figue de Barbarie dont le nom latin est Opuntia ficus-indica, est un fruit sauvage coloré à l'aspect rugueux avec ses épines. Il est largement représenté dans le paysage rural tunisien. On le trouve principalement au centre, au sahel et au Cap Bon.

A Bouargoub, la route offre une véritable image de carte postale de ces villages entourés de figuiers de Barbarie. Là, on peut admirer les longues tiges, en forme de palette, recouvertes de piquants.

 

En saison, elles sont ornées de belles fleurs qui donnent naissance à des fruits savoureux. Le calibre et la couleur rouge ou jaune permettent de prime abord d’affirmer que ces fruits sont arrivés à maturité. Baie charnue de forme ovale, la figue de Barbarie est recouverte d’une peau vert-jaune, épaisse et irrégulière, à manipuler avec précaution car les petits points présents sont en fait les traces des épines qu’on enlève en général avant la vente. 

La vente de ces figues prospère, au fil des années à Nabeul, principalement dans les régions situées à Belli, Turki, Bouargoub, Henchir Kort et Bordj Hfaiedh où l’on compte un nombre impressionnant de vendeurs des figues de Barbarie établis aux abords de la route, dans les deux sens.

A Bouargoub, cette culture couvre 500 hectares, la production est estimée cette saison à 3200 tonnes. Arrondies, allongées, rouges, violettes, ou jaunes, ces figues de Barbarie changent de forme et de couleur suivant qu’elles soient primeurs ou qu’elles arrivent plus tardivement dans la saison.

Sur la route, des fellahs et intermédiaires exposent leurs produits. Sami Houaidi, Président de l'Union locale de l'agriculture à Bouargoub a indiqué  que "la production s'annonce bonne, avec une moyenne de  production de 8 à 12 tonnes par hectare dont 70% exportés à l'étranger. 

La qualité est exceptionnelle. La bonne quantité de pluies et l’ensoleillement estival, alliés à un sol calcaire, ont permis aux figues de bien pousser et dans de conditions idéales". Aujourd’hui, le prix d’un cageot des figues de Barbarie, exposées tout le long des routes et chemins par des vendeurs occasionnels, dépasse les deux dinars.

Du côté du marché municipal couvert du centre-ville à Nabeul, l’on dénombre, au niveau de l'entrée, plus d’une dizaine de vendeurs. Mohamed, un jeune de 17 ans, pointe de bonne heure pour vendre sa production "il nous arrive parfois de passer la journée sur place, mais on ne rentre jamais les mains vides". Pour lui, c'est dur de passer toute une journée en pleine canicule, "mais nous sommes habitués et nous arrivons à résister» car, dira-t-il, ce commerce est temporaire, il dure tout au plus 45 jours et «nous devons, en conséquence, profiter au maximum et gagner plus d'argent pour faire face aux frais de la rentrée scolaire et aux besoins de la famille.

 

Vertus culinaires et thérapeutiques

Hormis ses qualités alimentaires non négligeables, on lui connait mille et un usages : alimentation, fourrage, engrais, produits de distillation, huile cosmétique, plant d’ornement. La Figue de Barbarie peut être mangée crue ou en gelées, en confitures, en purées, en pâte de fruits, dans des salades de fruits, dans des desserts. Ses raquettes se cuisinent comme un légume dans des ragoûts et soupes.

Si le fruit est indiqué par les professionnels comme un complément alimentaire exceptionnel, notamment pour ses aptitudes à brûler la graisse et aide à lutter contre la fatigue, les graines compactées en granulés, ainsi que les raquettes produisent également un très bon complément alimentaire pour le bétail.

Plusieurs promoteurs, ont pris l’initiative de valoriser à l’export les composantes de ce fruit en fabriquant l’huile de figue de barbarie qui connaît aujourd'hui un engouement sans précédent qui fait le bonheur des entreprises de cosmétiques. Pour les producteurs et les laboratoires, c'est également tout un marché à l'exportation qui s'ouvre à eux. Il faut près d’une tonne de figues pour obtenir un litre d’huile de figue de Barbarie.

C'est un fruit considéré comme ayant la même quantité de vitamines C que l'orange.Juteuse et parfumée, la figue de Barbarie referme plus de 8 grammes de glucides pour 100 g alors que la teneur en glucose se situe à hauteur de 90. Son succès s’explique par la richesse de ses composants: Elle regorge de vitamine E (anti-oxydante) et d’acides gras essentiels qui permettent de nourrir et de tonifier la peau en profondeur.

Cette huile est aussi une huile réparatrice. En effet, elle atténue les cicatrices, les boutons d’acné et diminue les vergetures. Son odeur fait penser à celle de l’huile d’argan. Elle est utilisée dans nos cuisines. Une fois épluchée, on la fait cuire à feu doux jusqu’à la caramélisation du sucre que contient le fruit. Ce liquide, plus connu en dialecte tunisien sous le nom de «robb», est une sorte de mélasse. Il ressemble au miel vu qu’il est onctueux. Les habitants du Sahel le mélangent à l’huile d’olive et l’apprécient avec du pain lors du petit déjeuner.

Ce «robb» aromatise sorbets, yaourts, salades de fruits et divers autres desserts. Bref, ce fruit est très porteur pour l'économie tunisienne. Les recettes des exportations provenant de la filière des figues de Barbarie dépassent les 5MD. Ces exportations sont destinées principalement au marché européen.

Kamel Bouaouina