"24 parfums" à la clôture du FIC 2018: Un hommage à la Tunisie profonde et multiculturelle - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 11 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
14
2018

FIC 2018

"24 parfums" à la clôture du FIC 2018: Un hommage à la Tunisie profonde et multiculturelle

Dimanche 19 Août 2018
نسخة للطباعة
"24 parfums" à la clôture du FIC 2018: Un hommage à la Tunisie profonde et multiculturelle

Le rideau est tombé, vendredi soir, sur la 54ème édition du Festival International de Carthage avec un hommage rendu à la Femme tunisienne ainsi qu'à la Tunisie profonde et multiculturelle à travers une création exclusive pour le festival signée Mohamed Ali Kammoun.

"24 Parfums" en allusion aux "24 gouvernorats " de la Tunisie est un travail de recherche dans le patrimoine musical tunisien sous le thème de la femme et de l'amour que le compositeur et pianiste tunisien Mohamed Ali Kammoun a présenté lors de la soirée de la clôture à un public venu nombreux savourer un patrimoine revisité.

Malgré des problèmes de son et d'éclairage, le public a dansé et chanté durant les trois heures du spectacle aux rythmes du malouf andalous tunisien et des chants soufis revisités sous fond de musique jazz ou électronique.

Accompagné par l'Orchestre du Théâtre de l’Opéra de Tunis sous la houlette de Mohamed Bouslema, de jeunes talents à l'instar d'Aya Daghnous, Sofien Zaidi et IslemJamai, de ou des chanteurs confirmés à l'instar des artistes connus dans leurs régions en l'occurrence Hassen Saada et MonjiMsawra, le compositeur Mohamed Ali Kammoun a offert un voyage aux couleurs de 24 senteurs sous forme de six tableaux. De Djebel Zaghouan et son parfum andalous en passant par le Kef et le parfum de l'Atlas Chawi pour ensuite se poser à Nefta et son parfum bédouin, l'originalité du spectacle réside dans cette relecture moderne du passé. Ainsi, le public a pu découvrir des chansons comme "Naqousyatkalem" , "Ya mayla al rouj" ou "Tarfharamek" aux rythmes de nouveaux arrangements. Un hommage a été rendu au syndicaliste Farhat Hached et à son île natale dans le tableau intitulé "Parfums des îles " ou encore aux femmes et la région du Sahel à travers les "Parfums des Hadhra féminines" .

Plusieurs improvisations instrumentales ont accompagné le spectacle illustrant le savoir-faire d'une pléiade de jeunes musiciens confirmés comme le violoniste Zied Zouari ou la reine de la Zoukra Samar Ben Amara. Le concert s'est clôturé par un voyage dans les rythmes soufis de la Tunisie où les sonorités du stambali et de la Aisawiya se sont mélangées aux youyous et applaudissements du public.

 

Grâce à une animation visuelle, de la chorégraphie, de la narration et de la poésie en plus du chant et de la musique, "24 parfums" met en scène l'image d'une Tunisie multiculturelle aux multiples senteurs d'un pays à la fois authentique et moderne.

 

 

Mots-clés: